<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

samedi 13 mars 2004
par Denis Boudreau

Accessibilité et gouvernement québécois en ligne

Dans la foulée d'un billet publié la semaine dernière, j'ai complètement oublié de vous parler du penchant québécois de BrailleNet, le CAMO, qui diffusait également un communiqué de presse en fin de semaine dernière sur les conditions à respecter pour assurer une transition réussie vers un gouvernement en ligne québécois pleinement accessible et utilisable par les personnes handicapées... voilà donc l'oubli réparé. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le sujet est très chaud par les temps qui courent... Ce qui contribue grandement à me faire halluciner sur les pratiques rétrogrades de certaines agences qui s'obstinent malgré tout à produire du Web (mais ne revenons pas là-dessus) :

Le gouvernement en ligne : conditions pour un réseau québécois de services électroniques publics accessibles aux personnes handicapées

Un avis déposé par le CAMO pour personnes handicapées au gouvernement du Québec

Montréal, le 5 mars 2004 - Le Comité d'adaptation de la main-d'oeuvre (CAMO) pour personnes handicapées déposait, la semaine dernière, un avis concernant l'accès au gouvernement en ligne pour les personnes handicapées afin que le gouvernement du Québec tienne compte des besoins particuliers de cette population dans le cadre du développement de services publics en ligne. Cet avis a été déposé à Monsieur Henri-François Gautrin, député de Verdun, adjoint parlementaire au premier ministre et responsable du gouvernement en ligne.

Le CAMO propose plusieurs recommandations incontournables pour assurer l'accessibilité des personnes handicapées au gouvernement en ligne, et ce, dès la phase de conception du projet. Il est question, entre autres, de reconnaître les effets de la fracture numérique associée au handicap, d'adopter et d'intégrer des normes d'accessibilité dans l'ensemble de l'infrastructure électronique gouvernementale, d'adopter des obligations en matière d'approvisionnement de technologies et de contenus accessibles et, enfin, d'élaborer et d'implanter un plan d'action concerté afin d'assurer l'atteinte de ces objectifs.

À ce sujet, madame Monique Richard, présidente du CAMO pour personnes handicapées, déclarait : «Les québécoises et québécois handicapés accusent un retard technologique important. Le gouvernement du Québec doit ajuster le tir de façon à ce que le réseau électronique de services publics qu'il souhaite mettre en place réponde aux besoins de l'ensemble de la population et soit une réponse déterminante favorisant l'inclusion et la reconnaissance des personnes handicapées comme des citoyennes et des citoyens à part entière.» Rappelons que les personnes handicapées représentent 15 % de la population québécoise, soit plus d'un million de personnes. Les technologies de l'information peuvent grandement contribuer à assurer leur participation socioéconomique et l'accessibilité du gouvernement en ligne en est une condition essentielle.

Vous pouvez consulter l'avis du CAMO — Le gouvernement en ligne : conditions pour un réseau québécois de services électroniques publics accessibles aux personnes handicapées à l'adresse suivante.

C'est donc dire que la résistance s'organise.

Denis Boudreau | 2004.03.13 @ 19:07

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

Ce carnet n'a pas encore été commenté. Avez-vous envie de briser la glace ?

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)