<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

lundi 08 décembre 2003
par Denis Boudreau

On ne peut empêcher un coeur d'aimer

Ou l'y contraindre quand on y pense. De même, si on ne peut empêcher un développeur Web de démarrer son logiciel Flash pour le moindre projet à pousser sur le Web, on peut tout de même tenter de l'inciter à progresser dans la bonne direction en utilisant les outils les plus récents mis à sa disposition, de manière à limiter les dégats en terme d'accessibilité des contenus... Je le reconnais, avec la récente version de Flash, le problème d'inaccessibilité n'est, en théorie, plus ce qu'il était. Ceux qui ont appris à utiliser l'outil de manière inclusive s'entendent avec raison pour dire que le format est de moins en moins considéré comme une barrière pour les utilisateurs. Mais la solution est encore parfaitement imparfaite.

Enfin, je prends cette migration vers la plus récente mouture du logiciel comme un véritable acte de Foi envers Macromedia puisque tous les efforts semblent être faits pour assurer une amélioration significative à cet égard. On n'a qu'à jetter un oeil à la section dédiée à l'accessibilité pour voir que cet important dossier n'a pas été mis de côté avec Flash MX 2004. Voilà, à mon sens, une raison suffisante d'encourager l'adoption du modèle par ses légions d'utilisateurs.

Mais vraisemblablement, pour l'utilisateur voyant et équippé du module d'extension que je suis, le passage à cette nouvelle version garantira également pas mal de bénéfices, ne serait-ce que par l'arrivée d'ActionScript 2.0 et de toutes les nouvelles possibilités que le langage permettra en terme d'interactivité. Je vous invite bien humblement à lire tout ça afin de progresser technologiquement avec le logiciel et continuer d'offrir des objets d'accompagnement et de renforcement de l'image de marque sensationnels.

C'est d'ailleurs là tout le malheur que je nous souhaite mes bons amis : un Web exempt de sites faits tout en Flash, mais utilisant néanmoins de manière intelligente la technologie pour pousser des expériences de représentation à leur paroxysme, sans pour autant stigmatiser une fraction significative des internautes dans le processus (15.2% des gens, selon l'étude récente d'accessibilité des sites Web québécois).

Denis Boudreau | 2003.12.08 @ 07:26

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

Ce carnet n'a pas encore été commenté. Avez-vous envie de briser la glace ?

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)