<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

lundi 15 septembre 2003
par Denis Boudreau

Analyse des sites publics français

C'était par un chaud soir de septembre comme celui-ci (enfin, j'imagine). L'ami Jerotito, assis devant son ordinateur, était à consulter un site des services publics français et eut la bonne idée d'en vérifier, par pure curiosité, le niveau de conformité face au validateur du W3C. Comme il s'y attendait, celui-ci n'était pas valide. Rien de surprenant... la presque totalité des sites sur le Web ne le sont-ils pas ? Quelques jours et 59 sites Web testés plus tard, voilà que Jerotito a mis en place une grille d'évaluation du niveau de conformité de tous ces sites. Le résultat, on s'en doute, n'est guère reluisant. Son analyse aura t-elle autant de rejaillissement dans les cercles du gouvernement Français que celle de Marko Karppinen dans le cercle des membres actifs du Consortium W3 ?

Denis Boudreau | 2003.09.15 @ 22:24

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

2003.09.16 @ 03:21 par Darken

C'est une excellente initative, en revanche les résultats font peur. Y'a encore du boulot en terme d'évangélisation.

Si seulement les développeurs de navigateurs web à l'époque n'avaient pas pris le parti de faire des interpréteurs aussi laxistes XD

Haut retour au début de la page

2003.09.16 @ 03:56 par Jerotito

Pour faire peur, ça fait peur. Surtout quand on élargit le champ de l'étude aux sites des préfectures (j'en suis à près au tiers). Vu ce que je rencontre, je sais déjà que le boulot sera à refaire, à une autre échelle, en y adjoignant des tests sommaires sur l'accessibilité (obstacles javascript, Flash, images mappées, que sais-je encore ?).

Comme le laisse entendre Hadrien, le vrai travail doit venir après cette série de tests. C'est un vrai *plan de bataille* qu'il faut mettre en œuvre.

Il va falloir appuyer plus encore là où ça fait mal. La mauvaise accessibilité, en cette année européenne des handicapés, pourrait bien être un atout. Il serait judicieux que les évangélisateurs collaborent plus étroitement avec les différentes sphères liées aux handicapés.

Haut retour au début de la page

2003.09.16 @ 06:39 par Igor

Bonjour,

Sur les sites publics français il y a cette page du Ministère de la culture consacré à des rencontres intitulées Art , culture et handicap (http://www.culture.fr/cul...)
qui débute par une très belle image.

Haut retour au début de la page

2003.09.16 @ 06:56 par Gou

Ça revient à ce que je pense depuis un certain temps... il ne faut pas seulement évangéliser ceux qui font le code ou le design des sites web, mais aussi sensibiliser les gestionnaires: ceux qui désirent un site web.

Au gouvernement du Québec, le travail est commencé, mais ça va prendre du temps. Il faut élargir et, surtout, vulgariser notre message. Il faut cesser de parler de technique. Peut-être faudrait-il parler d'argent?

Haut retour au début de la page

2003.09.16 @ 21:29 par CYBERcodeur

Tous les efforts valent la peine d'être faits. L'analyse des sites publics a définitivement sa raison d'être, mais toute seule, ne donnerait pas grand chose de plus que de donner l'impression que l'analyse est une critique. Couplée avec les problématiques que la non-conformité apporte et de vraies solutions pour arriver à assainir son site Web, une telle analyse devient un outil inestimable pour qualifier un site et l'amener à s'aéméliorer dans le plus grand intérêt de tous.

Faut pas s'arrêter à une simple analyse, il faut ensuite passer à la prochaine étape. Oui, les sites sont de piètre qualité. Oui, on pourrait faire mieux dans le plus grand intérêt du public. L'important, c'est de ne pas devenir le condamnateur, mais bien le solutionneur. La critique est facile, l'art difficile. Il importe d'aider tous ces webmestres à corriger les erreurs, pas les condamner pour les avoir commises. :)

Ainsi parlait Zarathoustra.

Haut retour au début de la page

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)