<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

jeudi 16 janvier 2003
par Denis Boudreau

Mon oncle Georges et l'avenir du (x)HTML

Une discussion très stimulante est présentement en cours entre votre humble serviteur et Laurent Denis, le vieux sage du sommet du Mont Blog&Blues. Toujours prêt à nuancer ma fougue et ma promptitude à grands coups d'arguments refléchis, Laurent nuance une fois de plus ma position au sujet du caractère que je qualifie d'inabordable de XHTML 2.0 et m'incite à pousser plus de l'avant mon argumentation à cet effet :

Tout d'abord, qu'y a-t-il d'inabordable dans le projet Xhtml2.0 en son état actuel ? Certes, la mort annoncée de l'élément style a de quoi inquiéter: j'espère que le W3c reviendra sur cette décision discutable et très discutée. Mais pour le reste, Xhtml2 ne me semble pas plus difficile pour l'oncle Georges qu'Xhtml1.x ou Html3.2 !

Pour répondre à la question de Laurent, il m'importe d'abord de contextualiser ma réfléxion. J'aurais probablement du écrire POTENTIELLEMENT inabordable. Pour ma part, je ne trouve rien de particulièrement inabordable ou difficile d'accès en soi dans la dernière recommandation. Progression logique (quoi qu'un peu brusque), elle me demandera un ajustement, certes, mais en fonction des compétences que je détiendrai au moment de l'appliquer, cela ne représentera pas plus de complexité que ce que m'a demandé XHTML en 2001. XHTML 2.0 marque un point culminant de l'évolution du Web et cette coupure est probablement nécessaire à un moment ou un autre; mais le fait qu'elle soit nécessaire ne la rend pas moins draconienne pour autant. J'abonde dans le même sens que Laurent pour ce qui est du possible abandon de l'élément <style>, mais une telle décision du HTML Working Group ne me surprend guère, compte tenu de la direction actuellement empruntée par celui-ci. Cela m'apparaît simplement comme la causalité d'une (trop) grande volonté de structuration (peut-être trop) rapide.

Mais la véritable question et les véritables enjeux ne se situent même pas à ce niveau. Il ne faut pas perdre de vue que nous sommes en train de discuter du bien fondé d'une recommandation qui ne viendra pas en vigueur avant peut-être plus d'un an ou deux encore. Avant que l'on ne commence à massivement la voir appliquée ailleurs que dans des projets de développeurs innovateurs, il s'écoulera peut-être cinq ans, ou même dix, pourquoi pas. Par le temps que XHTML 2.0 devienne la norme utilisée par les sites de représentation corporative ou par le grand public toujours friand à l'heure actuelle d'un HTML 4.0 non-valide, il est probable que 90% des développeurs auront recours à un éditeur WYSIWYG comme Microsoft DreamWeaver 12, qui prendra en charge toute la création d'un code que l'on espérera systématiquement valide et dénudé de balises propriétaires (on peut toujours rêver).

Comme tel, le Web pourrait effectivement demeurer utilisable pour le masse, mais il le sera assurément au prix d'une utilisation propriétaire quelconque, comme le sont présentement la plupart des Weblogs turbinant sous MovableType, Blogger ou GreyMatter. Rares seront ceux qui le coderont encore dans NotePad... voilà ce que j'entends par inabordable. Pas inutilisable. Globalement incompréhensible serait peut-être plus approprié. Mais peut-être est-ce déjà le cas... Les codeurs à la main sont peut-être déjà plus rares que je ne me l'imagine. Mon cercle d'amis, pour la plupart codeurs professionnels, n'est pas forcément représentatif du grand public non plus. :)

Je crains que, devenu trop structuré (si une telle chose est possible), le langage des sites Web ne soit plus aussi facile à maîtriser pour le grand public que ne l'est actuellement HTML 3.2, simplement pour une question de permissivité. Je vous l'accorde, dans les faits, pour un néophyte bien encadré, l'apprentissage de XHTML est probablement plus simple que l'apprentisage de HTML 3.2. Pourtant, par la qualité de l'information disponible sur le Web pour "bien" apprendre à coder et surtout la permissivité des fureteurs quant au vieux HTML, il est encore plus facile d'arriver à ses fins en HTML qu'en XHTML (DOCTYPE à l'appui). Plus le langage s'affine et plus les fureteurs évoluent, moins l'erreur est permise pour le développeur qui ne sait coder en fonction des normes. Si, dans une dizaine d'années, les fureteurs entretiennent toujours cette pérénité et continuent de s'adapter aux vieilles versions de HTML, alors il n'y aura aucun problème. Mais si Mozilla 8.3, Opera 9.7, Netscape 11.2 Preview release 2 et MSIE 12 n'assurent plus de rétro-compatibilité avec XHTML et HTML parce que 100% conformes aux normes du jour seulement, qu'adviendra t-il des millions de documents Web créés d'ici là qui ne seront plus supportés ?

Une certaine portion des développeurs de contenus sur le Web ne se soumettra jamais à la validation ni aux principes d'accessibilité. C'est un fait indéniable. Peut-être effectivement que l'utilisation d'outils visuels saura un jour régler cette problématique pour ces gens là. Si seulement on pouvait me convaincre que XHTML 2.0 est une bonne chose, je pourrais recommencer à être exité par son développement. Pour le moment, je m'en remet à la grâce de Dieu (Tim Berners-Lee), en espérant que ses voies impénétrables nous soient salutaires. :)

Denis Boudreau | 2003.01.16 @ 23:00

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

Ce carnet n'a pas encore été commenté. Avez-vous envie de briser la glace ?

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)