<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

samedi 17 avril 2004
par Denis Boudreau

Remettre les pendules de l'accessibilité à l'heure, suite

Le dernier billet n'est en ligne que depuis quelques heures et déjà, il fait des remous. En discutant en privé avec un ami à propos de ce que je venais d'écrire, celui-ci me fait réaliser que mon commentaire pourrait être perçu de plus d'une façon, ce qui risquerait de causer du tort inutilement au message que je tente de lancer et à l'effort de mise en conformité et d'accessibilisation. Je me rattrappe donc ici, en remettant en contexte ce que je voulais dire, mais en rappellant toutefois que je prévenais dans le billet précédent que je n'allait pas forcément faire l'hunanimité au sein de la blogosphère.

Je suis grand, fort et en santé, je peux vivre avec ça et même encaisser quelques coups de coude sans broncher au passage. Alors, allons-y. Tout d'abord, mon billet ne se veut pas un troll, ou un tir à blanc simplement pour faire réagir, mais bien une réflexion de fond sur un problème que je constate depuis un moment et auquel j'ai moi-même trop souvent succombé.

L'essentiel du message, la seule chose qui devrait être retenue de celui-ci, c'est que la grande majorité d'entre nous avons (ou avons eu) le trop grand réflexe d'associer respect des standards Web avec économie de temps de production, même dans un contexte où l'expertise manquerait à l'appel. Il faut avoir l'humilité de reconnaître s'être trompé avec un trop grand enthousiasme et travailler à recupérer le tir avant que ça nous pète au visage. Comme on dit si bien chez nous, mettez le chapeau s'il vous fait, avalez votre pilule, prenez une gorgée d'eau et ça va passer. Je dis bien sûr ceci avec beaucoup d'amour et de taquinerie. ;-)

Si l'économie en terme de temps et d'argent est vraie lors du développement d'un site construit pour la première fois alors que l'on fait affaire avec des développeurs expérimentés dans le développement normalisé, ça devient tout à fait faux lorsque le développeur ne connait pas grand chose aux travaux du W3C.

Tout n'est pas parfait... mais on y travaille

Je sais de source sûre que certains groupes sont déjà en profonde réflexion à ce sujet et que d'autres ont été influencés à un moment ou un autre par des bouquins qu'ils auraient pu lire... Dans la francophonie, OpenWeb travaille en ce sens avec des articles plus nuancés à paraître éventuellement et W3Québec, qui prépare toute sa documentation dans un axe résolument plus orienté vers les décideurs que les développeurs, ira aussi dans ce sens.

Mais pour le moment, comme il n'existe à peu près pas de telle documentation de facilement disponible sur le Web, adressant la perspective du décideur ou ayant le courage de déclarer que les standards ne sont pas la panacée à tous les maux, le commun des mortels n'est pas du tout au courant. Ce n'est pas le genre de message qu'il est à même de percevoir. Si la bonne volonté et le travail sont une chose, la disponibilité immédiate de celui-ci pour briser le mythe est plus importante encore.

Il y a bien sûr l'excellent bouquin de Zeldman, "Designing with Web Standards" qui a fait une bonne partie du chemin, mais honnêtement, combien l'ont acheté malgré tout le bien qui en a été dit ? Surtout, du lot de ceux qui l'ont acheté, combien l'ont réellement lu d'une tranche à l'autre ? On ne peut compter sur une information disponible en échange de quelques dollars pour ouvrir l'esprit. Il faut que cette documentation soit gratuite, sur le Web, pour espérer qu'elle ait un quelconque impact sur la masse. En parler n'est pas suffisant. Il faut la vivre.

Encore là, c'est tout ce qu'il y avait à comprendre dans mon billet. Comme je participe activement à l'élaboration de certains de ces documents, je me permets de soulever le point. Je critique de bonne foi, en apportant mon lot de pierres à l'édifice.

Message d'intérêt public

Ceux qui ne retiendront de mon billet seulement que le fait de qualifier les standards et l'accessibilité de "discours à consonnance fausse et trompeuse, qui risque un jour de nous rattrapper et de causer notre perte", n'auront rien compris et n'auront pas fait l'effort intellectuel de me suivre dans ma réflexion. Devons-nous perdre notre temps avec eux ou investir nos efforts avec ceux qui sont prêts à y mettre du leur pour évoluer ? Je peux prendre les gens par la main pour leur expliquer, je n'ai aucun problème avec ça, ça fait partie de mon boulot. Mais je refuse de niveller ma réflexion par le bas pour inclure ceux qui ne feront pas l'effort, en pré-digérant une information qui se veut déjà de l'ordre du prêt-à-penser.

Ceux qui n'auront pas lu mon billet jusqu'au bout pourront-ils retenir au final que "nonobstant ces faits, le jeu en vaut largement la chandelle" ? Probablement pas. Mais d'office, je n'accorde à personne le droit de se faire une tête sur mes idées sans au moins prendre la peine de les consommer entièrement. C'est assez légitime. Combien, à la lecture du billet précédent, laisseront tomber la poursuite d'une mise en conformité faute de démonstration concrète d'une approche progressive des standards et de l'accessibilité ? Seulement ceux qui n'étaient pas déterminés à faire l'effort initialement, c'est clair, ou ceux qui auraient fini par retomber dans leurs vieilles habitudes. Je préfère largement redoubler d'effort pour les convaincre en mettant sur pied de réelles démonstrations documentées que de les attirer vers une guet-apens avec un pot de miel et une bébelle en prime.

Je ne crois pas que tout ceci soit contre-productif, je crois que c'est simplement d'adopter une attitude responsable envers le message que nous lançons quotidiennement. À nous de produire la documentation nécessaire pour leur offrir d'emblée une perspective réaliste. Les standards et l'accessibilité eux, se venderont d'eux-mêmes si nous les présentons adéquatement. :)

Denis Boudreau | 2004.04.17 @ 10:45

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

2004.04.17 @ 14:32 par Olivier

C'est bizazrre, moi (qui suis très sceptique) c'est à peu près le seul argument qui me touchait. Le fait de ne pas supporter Netscape 4, d'envoyer chier les navigateurs qui ne supportent pas comme il faut les standards, fait gagner beaucoup de temps et d'argent à mon avis. Par contre les arguments qu'on lit souvent comme 'Google donne un meilleur pagerank aux sites bien faits sémantiquement' ou 'un site standard a automatiquement une bonne usabilité sur un téléphone' c'est de la bullshit à mon avis.

Haut retour au début de la page

2004.04.18 @ 04:05 par Thomas

J'ai toujours été d'accord sur le point que 'coder selon les standarts' ne faisait pas gagner du temps... Mais est-ce donc vrai pour Google? Qu'il ne tiens pas tellement compte de la sémantique?

Sinon, CYBERcodeur c'est ... 1000 billets :) (dont 4 dans la nature? vu que l'id de celui ci est 1004?)

Haut retour au début de la page

2004.04.19 @ 04:38 par Eric Daspet

Olivier, oui, dire qu'un site Web prévu pour écran sera d'un coup magiquement parfait sur téléphone portable est clairement exégéré (même si il sera probablement beaucoup plus 'lisible' qu'un autre, à défaut d'être 'adapté').

Par contre pour Google si il y a une partie de flou, il y a aussi une partie de vrai. On sait avec certitude que Google se sert des balises comme <h1> et <h3> : un <p class='titre'> n'aura pas le même impact sur Google. On sait aussi que le poid d texte dans la page a une importance, et là le fait de ne pas rajouter plein de présentation peut servir aussi.
Le reste c'est pas mal de flou mais Google dit s'intéresser de près au sujet, et on sait qu'ils analyse déjà les balises (contrairement à d'autres moteurs de recherche qui indexent bêtement le texte).
On voit aussi que globalement nos sites sont très bien positionnés. Personnellement j'ai obtenu la première place sur des mots clés comme 'technologie' avec un site qui faisait 1000 hits/jour. Il y a beaucoup d'autres choses qui rentrent en ligne de compte mais il y a de bonnes raisons de croire que le fait que la page soit bien faite joue.

Haut retour au début de la page

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)