<C²: webløg />

Courriel - email address

  • Auteur : Denis Boudreau
  • Parution: AgentSolo
  • Date : 01 février 2004

Du Web jetable au Web durable

Votre site Web est-il périmé avant même son lancement ? À moins d'être l'exception qui confirme la règle, il est fort probable que oui ! Qu'ils soient conçus par des professionnels issus d'agences ou par des amateurs issus de nulle part, les sites corporatifs partagent souvent un désolant point en commun : dans une écrasante majorité, ils sont conçus dans un modèle de développement dépassé. Conséquemment, ils sont incapables d'évoluer avec le temps en tirant pleinement avantage du potentiel grandissant du Web (comme la portabilité native vers les plates-formes sans-fil ou encore l'accessibilité universelle de leurs contenus.)

Des sites prisonniers d'un cycle d'obsolescence

Afin de se mettre en contexte, il faut savoir que l'industrie du Web, malgré ses prétentions, ne recoure généralement à aucun cadre méthodologique normalisé. Ainsi, le Web constitue le seul médium grand public à composer avec une industrie incapable d'appliquer ses propres normes. Cela s'explique d'une part par son immaturité (le Web étant encore en quelque sorte toujours dans sa période préadolescente) et d'autre part par l'indifférence des acteurs principaux à développer une vision de conception à long terme, basée sur la pérennité des documents produits.

Dans le cadre actuel, les développeurs de sites Web demeurent libres d'user de n'importe quelle stratégie, sans considérer la portée de leurs actes. La qualité des services qu'ils dispensent est généralement évaluée par le seul rendu visuel d'un site Web sur un ou deux fureteurs populaires au détriment de toutes les autres plates-formes: "Le site fonctionne avec Microsoft Internet Explorer ? C'est bon. Au suivant !" Les sites Web sont trop souvent dépendants de technologies spécifiques ou propriétaires, et deviennent périmés dès qu'une nouvelle mode technologique remplace la précédente.

Il en résulte un appauvrissement des entreprises qui essaient tant bien que mal de suivre le rythme effréné du Web, en investissant des sommes astronomiques pour refaire leur site de fond en comble tous les deux ou trois ans. Par le fait même, la confiance envers les fournisseurs s'effrite, la qualité des sites en souffre et le médium s'appauvrit tout autant. C'est ce cercle vicieux qui entraîne depuis toujours les sites Web dans un cycle d'obsolescence de plus en plus onéreux.

En outre, clients et fournisseurs passent ainsi à leur insu à côté d'enjeux beaucoup plus fondamentaux, comme la pérennité, la portabilité, l'interopérabilité et l'accessibilité de l'information qui y est véhiculée.

Des normes pour voir le Web autrement

Il importe dorénavant de chercher des solutions pour rentabiliser, solidifier et structurer plus intelligemment les sites Web et la manière dont ils sont construits. Justement, les dernières innovations des fabricants de fureteurs, respectant enfin les normes issues du W3C (le Consortium chargé de proposer des normes ouvertes et évolutives permettant d'amener le Web à assumer son plein potentiel) permettent une fois pour toutes de voir le Web autrement.

Ainsi, moyennant le respect de normes de base, les sites produits en 2004 pourraient automatiquement être utilisables avec les cellulaires et les assistants personnels (Palm, iPAQ, etc.), pourraient s'adapter aux besoins spécifiques des utilisateurs, survivraient aux nouvelles moutures des fureteurs, tout en garantissant aux entreprises des économies substantielles en bande passante, en exploitation et en entretien.

Car la grande force du Web, c'est justement d'être plus flexible que la télévision, la radio ou le cinéma. Il faut donc cesser de le définir comme une simple émulation numérique de l'imprimé ou un médium uniquement visuel, mais comme du véritable multimédia, c'est-à-dire un médium capable de s'adresser à tous les sens à la fois.

Il est enfin possible d'embrasser cette vision à long terme tant convoitée du développement Web qui faisait si cruellement défaut à vos espoirs de rentabilisation jusqu'à encore tout récemment. Grâce aux standards du Web, il est envisageable pour une entreprise d'enfin commencer à bâtir sur ses acquis, plutôt que de reprendre à nouveau tout de zéro à chaque refonte. Opérer une séparation nette entre les contenus d'un site et sa mise en page permet de rapidement en récupérer l'essence et ainsi éviter des coûts autrement injustifiés. Les gouffres sans fond des technologies sont dorénavant remplacés par des sommets vers l'excellence, qui ne demandent qu'à être conquis.

Les standards du Web peuvent grandement contribuer à propulser votre site à l'avant-garde de la compétition. Considérant l'investissement majeur que constitue votre présence sur le Web, ne serait-il pas temps d'exiger leur respect et leur application de la part de vos fournisseurs de services ?

Dans les prochains bulletins, nous explorerons quels sont ces fameux standards et en quoi ils peuvent vous aider à faire passer votre site Web de la colonne des dépenses à celle des revenus.

Notes :
Version originale de l'article, disponible sur AgentSolo.
Auteur : Denis Boudreau

Adresse permanente :
http://www.agentsolo.com/bulletin-oc/022004/000181.jsp (lien)