<C²: webløg />

Courriel - email address

archives de mars 2005

Avatar Denis

vendredi 18 mars 2005
par Denis Boudreau

Wolfowitz et la Banque mondiale

Paul Wolfowitz, un des faucons tournoyant autour de la Maison Blanche (voir à ce sujet l'excellent documentaire Le Monde selon Bush réalisé par William Karel) vient de se voir propulsé comme candidat à la présidence de la Banque mondiale par son bon ami, l'honorable George W. Bush. Inquiétant. Le spectre tentaculaire des amis du pétrole s'étend plus encore.

Je lui aurai définitivement préféré Bono, une personne véritablement touchée par les inégalités sociales, la condition du tiers-Monde et les injustices économiques, mais honnêtement, je n'aurai pas cru une seconde en ses chances. Après tout, comment les États-Unis pourraient-ils permettre la nomination d'une personne ouvertement en faveur de l'abolition de la dette des pays pauvres alors que ces mêmes pays sont des proies si faciles à exploiter...

Dans une entrevue publiée ce matin dans le quotidien Financial Times, Wolfowitz déclare qu'il oeuvrera à bâtir un consensus pour la lutte contre la pauvreté. Accusez-moi de mauvaise foi si vous voulez, mais personnellement, en lisant ces lignes, moi ce que j'entends, c'est la lutte contre les pauvres et non pas contre la pauvreté. De grâce, rassurez-moi et dites-moi que je ne suis pas le seul à flairer le risque d'un accroissement plus important encore entre les ultra riches et les hyper pauvres.

Si les amis du parti peuvent extorquer sans vergogne quelques centaines de nos millions avec le scandale des commandites et s'en tirer sans trop de problèmes, imaginez ce que peuvent faire les amis du président américain de vrais criminels quand ils se positionnent aux endroits stratégiques.

Denis Boudreau | 2005.03.18 @ 14:28 | 5 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page