<C²: webløg />

Courriel - email address

archives de décembre 2003

Avatar Denis

mercredi 31 décembre 2003
par Denis Boudreau

Fin d'année sur les chapeaux de roue

Arf... Vous me pardonnerez la molesse de C² ces derniers jours, mais je ne trouvais pas le temps de venir y rédiger des billets. Décembre a été un mois particlièrement occupé pour moi, avec plusieurs projets qui se mettent en branle et d'autres qui terminent leurs cycles. Le niveau de mise à jour a un peu chuté pour tomber dans le mutisme le plus complet en fin d'année. En plus des innombrables fêtes auxquelles nous avons assisté aux cours de la dernière semaine, j'en suis à terminer un projet qui bouffe tout mon temps et qui doit être livré pour le 5 janvier prochain. Résultat, le carnet en a sérieusement souffert et la pile d'items que je comptais couvrir ne fait que s'allonger dans mes listes de bookmarks.

Heureusement, la fin de cette période critique s'achève, ce qui me permettra de reprendre une de mes nombreuses résolutions pour 2004 qui est de laisser au moins un billet par jour sur CYBERcodeur. Comme certains des éléments dont je souhaitais vous parler sont beaucoup plus dignes de mention que d'autres, je vais me permettre de mentionner ceux qui me semblent particulièrement intéressants, question de repartir qu'avec du contenu nouveau en 2004 . Chacun de ces éléments mériterait en lui-même son propre billet, mais le temps m'étant limité, je vous propose plutôt ce format expéditif, sachant que je n'en prendrai pas une habitude :

  • Le bon boulot bien fait est toujours récompensé. François Nonnemmacher, que vous connaissez peut-être déjà pour son excellent travail sur le carnet bilingue padawan.info, publiait en novembre dernier un article sur OpenWeb intitulé "Les standards Web pour l'entreprise" qui avait remporté un succès instantanné auprès du lectorat OpenWebbien, friand d'articles plus orienté "business case" ou stratégies d'affaires. S'avérant déjà un de nos plus importants ambassadeurs francophones auprès de l'anglo-blogosphère, François a réussi un coup fameux en voyant son article rapidement dépasser la barrière des langues pour se retrouver en quelques jours, traduit sur le site du Web Standards Project.
  • En parlant d'entreprises importantes se convertissant aux normes, une excellente nouvelle vient de déferler sur nous avec la refonte toute fraîche du site de la libraire Eyrolles qui s'est convertie aux bonheurs inéluctables des standards grâce aux bons soins de gens comme Olivier Meunier et Samuel Latchman, avec le support d'un certain Tristan Nitot. En plus d'être de facture agréable, le site est conforme XHTML 1.0 Strict et repose masivement sur les CSS et une sémantique correcte, ce qui lui permet probablement de s'afficher come étant le premier site Français à rejoindre le prestigieux groupe des sites majeurs passant aux standards. Bravo les gars, c'est de l'excellent boulot ! Faire passer avec succès un site de plus de 50 000 pages aux normes, c'est quand même quelque chose de grand.
  • Finalement, parce que vous avez été plusieurs à me le demander aux cours des dernières semaines, voici des informations sur la progression de la traduction de la fameuse présentation Seybold sur l'intérêt des normes dont je m'étais porté acquéreur en octobre dernier. La première phase de traduction est terminée et nous sommes en seconde relecture, ce qui signifie qu'elle tombera bientôt au public. Je dis "nous" parce que dans cette tâche, j'ai été appuyé par Adrien Leygues, qui m'a gentiment offert son aide pour mener à bien cette entreprise, compte tenu du temps limité que j'avais à y consacrer à cause de mes autres activités. Suffit maintenant de terminer cette dernière relecture, de faire approuver le tout par l'auteur, Bill Merikallio et l'affaire sera dans le sac. Prévisions ? Début 2004, donc très prochainement. Demeurez à l'écoute pour plus de détails à ce sujet.

En faisant une petite rétrospective de l'année 2003, je crois que nous avons assisté en direct à une très belle évolution du medium vers une ouverture à la standardisation et aux normes. La blogosphère francophone a littéralement explosé sous la création de nouveaux carnets voués à la promotion des standards, ce qui est représentatif d'un engouement certain qui gagne l'industrie. Alors qu'à pareille date l'année dernière, je pouvais compter sur à peine deux mains le nombre de sites voués à cette thématique, je réalise aujourd'hui que ce nombre à presque quadruplé, seulement dans les sites que je consulte régulièrement. C'est vraiment extraordinaire. On sent la force du mouvement en place et c'est très stimulant.

On en doit très certainement une bonne partie à l'excellentissime DotClear d'Olivier Meunier, qui a ouvert la porte des weblogs à plusieurs esprits. Verrons-nous ce nombre exploser plus encore en 2004 ? C'est tout le malheur que je nous souhaite. Ça et perdre quelques kilos en trop. Au moins pour moi, si pas pour vous. ;)

Denis Boudreau | 2003.12.31 @ 08:56 | 2 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

samedi 27 décembre 2003
par Denis Boudreau

Expérience CYBERcodeur sans-fil

J'ai enfin pu profiter aujourd'hui de l'occasion qui m'était offerte par l'acquisition d'un nouveau cellulaire de tester de mes propres yeux le niveau d'interopérabilité et d'accessibilité d'une plate-forme sans-fil avec C². Quelle satisfaction de voir les pages ainsi défiler sans problèmes, les contenus s'afficher facilement, avec une sémantique correcte favorisant un répérage évident des blocs d'informations ! Encore une belle occasion de faire valoir l'intérêt du respect des normes de développement Web sur les vieilles méthodes dépassées qui prévalaient au siècle dernier !

Pour avoir essayé de me rendre sur d'autres sites Web codés n'importe comment (quelqu'un a t-il osé nommer des abominations comme amazon.com et autres ?), truffés de code HTML et DHTML diaboliquement propriétaires, de JavaScript obstrusif, d'imbrications abyssimales de tableaux HTML, d'orgies d'images inutiles, de framesets démentiels, de Flash monstrueux et de légions de gifs transparents (le tout payé des centaines de milliers de dollars), je peux vous garantir que la navigation, lorsqu'elle était simplement possible, était loin d'être aussi limpide et fluide. Pas tellement que CYBERcodeur soit parfait. Bien loin de là... Mais ce serait plutôt que ces autres reposent vraiment sur n'importe quoi.

Je vous glisse une capture écran de l'expérience, même si ça ne donne pas grand chose, vu le manque de clarté de la photo, en consultant le billet d'hier. Peut-être parviendrez-vous à y discerner quelques mots tout de même. J'essaierai d'en obtenir une meilleure bientôt en remplacement de celle-ci) :

Expérience CYBERcodeur sans-fil

Capture d'écran de C² sur sans-fil

Je profite également de l'occasion pour aviser tous ceux et celles d'entre vous qui devez me contacter à l'occasion par cellulaire que mon numéro de téléphone a malheureusement dû changer dans cette transition vers un nouveau fournisseur de services... Vous pourrez dorénavant me rejoindre à tous moments au (514) 730-9168 (où j'ai maintenant une vraie boîte vocale, pas un faux service minable qui m'était généralement inaccessible).

Denis Boudreau | 2003.12.27 @ 20:46 | 8 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 26 décembre 2003
par Denis Boudreau

Apple : douce immersion aux standards

Jean Lespinasse, inconditionnel du Mac et grand contributeur à la liste des Pompeurs, nous faisait part ce matin d'un article initiatique et fort intéressant qu'il a déniché sur le site de Apple Developer intitulé "Web Page Development: Best Practices". Mis en idée par l'équipe de développement du navigateur Safari, cet article regorgeant d'une foule de liens hypertextes des plus pertinents est fort probablement l'un des articles couvrant l'introduction à la conception Web standardisée le plus smooth et progressif qu'il m'ait été donné de lire depuis longtemps.

Que vous travailliez dans un cadre professionnel ou non, que vous développiez une dizaine de pages par années ou une douzaine de pages par semaines, vous constaterez, à la lumière d'un article comme celui-là, qu'un tel changement d'orientation méthodologique peut très bien se réaliser sans la moindre douleur et sans heurts, naturellement et tout en douceur. Je vous le recommande fortement, surtout si vous avez la chance d'en être encore à vos premières heures avec le développement XHTML / CSS standardisé et pérenne. Une excellente porte d'entrée pour découvrir le Web à la mode du vingt-et-unième siècle, orienté sur une optimisation vouée à créer des pages plus légères, plus significatives et plus faciles à maintenir, et qui auront un rendu optimal dans tous les navigateurs modernes respectants les standards de la conception Web.

Denis Boudreau | 2003.12.26 @ 16:11 | 9 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 25 décembre 2003
par Denis Boudreau

Un merveilleux temps des Fêtes

Comment passer à côté d'une autre belle occasion de vous souhaiter le plus merveilleux des Noëls ? Alors, sans aucune autre forme de procès, permettez-moi de vous offrir mes meilleurs et plus sincères voeux de bonheur en cette période des Fêtes. Je sais pas ce qui vous attend sous le sapin cette année, mais en ce qui me concerne, je viens tout juste de me commander via le Web un nouveau bouquin et un superbe t-shirt pour l'accompagner.

Denis Boudreau | 2003.12.25 @ 00:04 | 2 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 24 décembre 2003
par Denis Boudreau

ALA 166 : Night of the Image Map

Si on vous avait candidement posé la question en fin-novembre, vous auriez probablement affirmé qu'elles appartennaient à une autre époque sans y porter plus d'attention. Une époque heureusement révolue pour les plus illuminés d'entre nous il va sans dire, avec les vieux trucs et astuces dépassés et souvent inaccessibles, ou probablement pire encore, tous ces éléments HTML propriétaires dont on entend de moins en moins parler. Les image maps, il faut le reconnaître, portent avec elles ce sentiment d'obsolescence associé aux techniques de développement Web des chaotiques années 90, qui semble impossible à mettre à jour, enfouies sous une épaisse couche de poussière. Et pour cause !

Symptomatiques d'un design visuel reposant massivement sur le graphisme au détriment de toute réelle structure de navigation ou d'information si primordiale à la diffusion unilatérale des contenus, assurément codé pour le seul plaisir de vos yeux dans un environnement élitisé comme ceux favorisés lors des années noires du développement Web du siècle dernier, les image maps n'ont jamais réussi à franchir le pas les séparant d'une utilisation actualisée aux principes d'accessibilité et d'interopérabilité, dans une philosophie de respect des normes visant à assurer la qualité du projet pour lesquelles on les utilisaient.

Oui, à coup sûr, si on vous avait posé la question en novembre, vous auriez envoyé les image maps à la potence, vous les auriez condamné à aller brûler aux Portes de l'Enfer avec le JavaScript propriétaire, les anciens navigateurs et autres éléments HTML tout aussi propriétaires... mais, heureusement pour elles, nous sommes maintenant en décembre. Parfois, il suffit d'un petit éclair de génie pour transformer un vieil outil technologique dépassé en une nouvelle mode faisant fureur dans tous les bars Web underground de la métropole. Cet éclair de génie, c'est à Stuart Robertson que nous le devons, qui réinvente complètement la technique du image map dans le plus récent article du magazine A List Apart.

Prenez queques instants pour aller lire ce court article, vous verrez, il y a quelque chose de très intéressant dans cette nouvelle approche. Cela ne sgnifie pas que nous devions les sortir des boules à mites, mais au moins, lorsqu'il faudra y recourir dans un sombre futur, vous saurez qu'il existe une manière un peu plus propre de faire la médiation entre votre designer graphique et vos utilisateurs.

Denis Boudreau | 2003.12.24 @ 10:13 | 5 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 23 décembre 2003
par Denis Boudreau

23 décembre sémantique

Je me suis réveillé ce matin avec l'intention de vous partager un peu de ma culture, une belle petite chanson de circonstance d'un groupe québécois des années 70 nommé Beau Dommage. C'est un groupe que moi et mes copains écoutions beaucoup à l'époque de mes années de CÉGEP (je crois que les amis Français diraient le Lycée). Depuis, la chanson intitulée "23 décembre" me revient d'années en années de manière systématique à pareille date. Je vous en présente donc le texrte, alors qu'elle joue présentement dans ma nouvelle mouture de winAmp 5.0 (que je vous recommande au passage) :

23 Décembre (Beau Dommage)

J'ai dans la tête un vieux sapin, une crêche en d'ssous
Un Saint-Joseph avec une canne en caoutchouc
Etait mal faite pis j'avais fret
Quand je r'venais d'passer trois heures dans un igloo
Qu'on avait fait, deux ou trois gars, chez Guy Rondou

J'ai d'vant les yeux, quand j'suis heureux, une sorte de jeu
Qu'on avait eu, une sorte de grange avec des boeufs
La même année où j'ai passé
Le temps des fêtes avec su'a tête une tuque d'hockey
Parce que j'voulais me faire passer pour Doug Harvey

Vingt-trois décembre, Joyeux Noël, Monsieur Côté
Salut ti-cul, on se r'verra, le sept janvier

J'ai dans le coeur un jour de l'an où mes parents
Pensant bien faire, m'avaient habillé en communiant
Chez ma grand-mère c'était mon père
Qui s'déguisait en Pêre Noël pour faire accroire
Que les cadeaux ça v'nait pas tout de Dupuis Frères

Vingt-trois décembre, Joyeux Noël, Monsieur Côté
Salut ti-cul, on se r'verra, le sept janvier

Ça m'tente des fois d'aller la voir puis d'y parler
"Fée des étoiles, j'peux-tu avoir un autre hockey?
J'ai perdu l'mien, beau sans-dessein
J'l'ai échangé contre une photo où on voit rien
Une fille de dos qui s'cache les fesses avec les mains"

Vingt-trois décembre, Joyeux Noël, Monsieur Côté
Salut ti-cul, on se r'verra, le sept janvier

En retranscrivant et codant les paroles de la chanson, je me suis inévitablement questionné sur la sémantique à utiliser pour balider une chanson ou un poème... Si XHTML 2.0 nous promet l'introduction de l'élément <l> (line) qui règlera définitivement le problème, à l'heure des XHTML 1.0 ou 1.1, je ne suis pas parvenu à trouver une combinaison purement sémantique pour baliser le texte... Vous avez une opinion là-dessus, une piste quelconque ? Personnellement, j'ai fini par opter pour une série de <p> avec des retours à la ligne forcés par des <br />, mais je ne suis pas vraiment satisfait de l'approche. Y a t-il mieux à votre avis ?

Denis Boudreau | 2003.12.23 @ 13:05 | 9 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 22 décembre 2003
par Denis Boudreau

Les 10 erreurs de 2003 selon Nielsen

Fidèle à ses traditions, Nielsen en remet une autre couche cette année avec son top 10 des erreurs les plus fréquentes en design Web. En parcourant le commentaire sévère que j'en faisais l'année dernière, force m'est de reconnaître que, soit

  • j'apprends tranquillement à "apprécier" l'individu ;
  • son arrogance m'indiffère de plus en plus ;
  • il s'est relativement modéré dans les derniers mois.

Enfin, c'est ce qui est bien de mes archives personnelles, c'est que je peux à l'occasion revoir les positions qui étaient miennes par le passé et les revisiter avec un certain recul. Ayant vraisemblablement gagné quelques points à mes yeux cette année, Nielsen me semble donc plus crédible et ouvert qu'avant, moins imbu de lui-même et plus agréable à lire. D'un point de vue design par contre, j'éprouve toujours la même réticence à lui conférer un titre de designer Web. Expert en utilisabilité certes, gourou ergonome peut-être si ça peut vous faire plaisir, mais le paralèlle avec designer me demeure particulièrement difficile à avaler... Où donc se cache le talent artistique dans son approche de communication ?

Son top 10 de 2003 relève quand même un certain nombre de points intéressants sur l'approche de conception Web actuelle. On y sent bien la réflexion qui traverse l'industrie du multimédia et sa clientèle à chercher une redéfinition du modèle d'affaires électroniques, un modèle en constante mutation qui tente à tout prix de rejoindre le maximum de clients potentiels de la manière la plus efficace possible. Suivre les observations de Nielsen me semble un point de départ appréciable pour justement arriver à surmonter certains de ces obstacles.

Je vous donne donc rendez-vous l'année prochaine pour voir si on pourra toujours noter une évolution avec cette année, comme on peut en constater une en comparant les problèmes relevés pour 2003 par raport à ceux qui étaient relevés à pareille date l'année dernière... ou simplement voir si le personnage jouira d'une meilleure côte encore à mes yeux. ;)

Denis Boudreau | 2003.12.22 @ 13:31 | 6 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 19 décembre 2003
par Denis Boudreau

Apprendre à lire une DTD

Le Journal du Net et Xavier Borderie se surpassent une fois de plus avec un autre article visant à faire la promotion des normes du W3C, "Lire et écrire une DTD". Comme je commence à peine réellement mon immersion vers les technologies XML, on peut dire qu'un petit tutoriel du genre tombe vraiment à pic ! En effet, comme la plupart d'entre vous j'en suis convaincu, la lecture d'une DTD est une activité ésotérique de fin de semaine à laquelle je ne m'étais jamais essayé, préférant largement la préparation de biscuits au chocolat ou le pelletage de bancs de neige. En parcourant les exemples toutefois, on se rend compte que ce n'est pas très complexe ou du moins, que ce n'est pas complètement incompréhensible; une lueur d'espoir à l'horizon !

Ainsi donc, si vous souhaitez comprendre un peu plus en profondeur le code que vous écrivez quotidiennement, si vous cherchez une alternative rapide à la lecture des normes elles-mêmes pour découvrir ce que vous pouvez et ne pouvez faire dans votre code, je vous recommande fortement de jeter un oeil sur cet article.

Denis Boudreau | 2003.12.19 @ 14:09 | 7 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 18 décembre 2003
par Denis Boudreau

Bénéfices de la modularisation XHTML

Le WaSP poursuit sa tradition d'excellence et nous offre un quatrième article dans une trop peu fréquente série intitulée "WaSP Asks the W3C", parlant cette fois-ci des bénéfices apportés par la modularisation de XHTML. C'est une occasion idéale pour revoir cette notion de modularité nous permettant d'étendre, par l'utilisation d'espaces de nom, le langage XHTML vers d'autres formats et ainsi le rapprocher tranquillement de son but, XML.

Puisque la question était posée au groupe d'assurance qualité, je soupçonne l'ami Karl d'avoir été impliqué dans cette histoire. Ce qui, tout à coup, rend une saveur locale à cette initiative... Et si on commençait une telle pratique à l'intérieur de notre blogosphère, mais avec une approche de vulgarisation dans un axe plus communicationnel que technique, dirigé vers les décideurs en entreprises ou simplement le public en général ? Ça vous dirait, un truc du genre, W3Québec interroge le W3C ? Nous pourrions difficilement être moins réguliers que le WaSP après tout et vous pourriez nous faire part des questions auxquelles VOUS aimeriez obtenir réponse.

Denis Boudreau | 2003.12.18 @ 22:41 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 17 décembre 2003
par Denis Boudreau

Plonger dans les technologies XML

Ça fait peut-être plusieurs fois que j'en parle, mais cette foi-ci, c'est la bonne ! Depuis quelques jours déjà, mon nouveau mandat au boulot commence à déborder de la simple analyse fonctionnelle des règles d'affaires de l'éventuelle application Web de mon client pour y inclure la génération automatique de documents PDF par XSL-FO. C'est donc dire que depuis environ une semaine, j'ai du XML, du XSL, du XSLT, des schémas XML, des DTD et du FOP qui me sort par les oreilles.

À ma grande surprise et à mon grand bonheur, je constate que ce n'est pas si sorcier que ça et même si je suis loin de tout comprendre du premier coup, je vois que d'ici quelques semaines, je devrais être en mesure d'accomplir de sympathiques petits trucs avec ces technologies, ce qui est très encourageant. Après avoir relu pour la xième fois quelques ressources sur le sujet, notamment celles de w3schools.com, on dirait que tout tombe finalement en place, comme si j'étais mûr pour comprendre autre chose que la théorie autour de ces concepts qui jusqu'ici m'avaient toujours échappé au niveau applicatif. C'est une opportunité que j'attendais depuis longtemps de me mesurer concrètement à l'univers XML et j'en suis très content. Je vois déjà comment certaines parties de C² pourraient bénéficier d'un apport de XML ou XSL, comme par exemple le blogRoll ou les listes de liens, ou encore, l'habillage du fil RSS.

Également, avec ma session universitaire qui prend fin cette semaine, je me rapproche de plus en plus du moment où je débuterai le développement de mon projet de mémoire-création que je caresse depuis trop longtemps et que je souhaite bien évidemment tout en XML et XSL. Attendez-vous donc à entendre parler de plus en plus de ces sujets dans ces pages, notre exploration de nouvelles contrées technologiques est sur le point de commencer. Si 2003 a carburé au son de l'accessibilité chez CYBERcodeur, il n'est pas à exclure que 2004 carbure au son des technologies XML. Enfin, qui vivra verra !

Denis Boudreau | 2003.12.17 @ 22:38 | 11 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 16 décembre 2003
par Denis Boudreau

Revoir notre relation avec le courriel

Nous en sommes tous conscients, pire, nous en sommes tous otages. Le pourriel est partout. Il envahi nos boîtes de courriel, nous fait perdre du temps, coûte des milliards de dollars en perte annuelles pour les entreprises de tous secteurs, gaspille notre bande passante, expose nos enfants à des contenus offensants contre notre gré, etc.

Transformant un extraordinaire moyen de communication en un irritant moyen de sollicitation, le pourriel discrédite peu à peu le courriel. Les honnêtes entreprises qui souhaitent entrer en contact avec leurs clients doivent redoubler de prudence pour ne pas être cataloguées de spammeurs, les sites comme C² qui demandent à ses utilisateurs de laisser une adresse de courriel lors de la prise de commentaires sont regardées avec suspicion, alors que tout ce qu'elles souhaitent, c'est pouvoir entrer en contact et communiquer avec leurs visiteurs au besoin. Le pourriel est partout,comme un mal qui ronge le Web de l'intérieur. Bien évidemment, une telle problématique comporte son lot d'horreurs de toutes sortes.

La semaine dernière, Jakob Nielsen abordait justement le sujet en observant les difficultés actuelles pour une entreprise de maintenir un bon niveau de communication avec sa clientèle par le biais du courriel sans pour autant se faire accuser de pollupostage des ondes. À une époque où certains considèrent très sérieusement la possibilité de rendre payantes les communications par courriel, le besoin de trouver une solution à ce problème devient de plus en plus criant. Après tout, tout ce que nous voulons nous, c'est communiquer en paix, entre nous, échanger des idées et partager des connaissances. Pas vendre des pilules.

Denis Boudreau | 2003.12.16 @ 23:46 | 12 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 15 décembre 2003
par Denis Boudreau

W3Québec : on se rencontre quand même

Je sais, je sais. Il est tombé plus d'un mètre de neige sur Montréal depuis hier et les routes sont bloquées. Montréal la grise n'est plus, l'hiver est probablement là pour rester. Vive Montréal la blanche ! Qu'à cela ne tienne. La rencontre de W3Québec prévue pour ce soir tient toujours, nous nous rencontrerons comme prévu, à la Cinérobothèque. De toute façon, c'est collé sur le métro Berri-UQAM et le transport en commun, lui, fonctionne toujours.

De plus, comme nous sommes déjà le 15 décembre, reporter d'une semaine encore nous amènerait en pleine période des Fêtes et ça alors, faut même pas y penser. On a beaucoup plus de chances d'être nombreux ce soir que les semaines prochaines. Après nous serons rendus en 2004 et un autre cycle débutera, avec son lot de surprises et d'accomplissements.

Nous vous attendons tous en grand nombre ce soir. Attelez vos chiens à vos traineaux, enfilez vos mitaines à pouces et retrouvez-nous y pour 19 heures. Ça promet d'être très intéressant. À l'ordre du jour :

  • Accueil et présentation des nouveaux collaborateurs ;
  • Rétrospective des derniers mois (étude sur l'accessibilité des sites web québécois, représentation w3Qc) ;
  • Compte-rendu et avancements de l'initiative sur les FAQs (mises au point) ;
  • Compte-rendu et avancements du site Web (design, backend et contenus) ;
  • Présentation d'un nouvel hébergeur complètement gratuit pour trois ans, 1and1.com ;
  • Nouvelles opportunités qui s'offrent à nous (Évangélisation corporative, partenariat avec ISOC-Québec, webÉducation, retombées médiatiques suite aux derniers évenements, associations avec les centres de formation, etc.) ;
  • Prochains projets à lancer (retour sur le BUC w3Québec, création de contenus, échange de formation, etc.) ;
  • Réflexions quant à notre orientation (fragmentation cellulaire, délégation, volontarisme, etc.) ;
  • Varias et autre points à débattre.

Je compte donc sur votre présence pour faire de cette dernière rencontre de l'année un succès.

Denis Boudreau | 2003.12.15 @ 08:59 | 1 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 15 décembre 2003
par Denis Boudreau

Avant-goût sur 120 minutes de bonheur

Dans la catégorie "ce ne sont pas tous les emails non-sollicités qui sont du spam", permettez-moi de vous offrir un petit avant-goût d'un bonheur bien attendu pour l'été 2004 (du moins par votre humble serviteur - je l'avoue, je suis vendu d'avance). Parfois, laisser son adresse de courriel aux quatres coins de la Toile peut avoir du bon !

Alors, qui a dit que Doc Oc était une moumoune ?

Denis Boudreau | 2003.12.15 @ 00:12 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

dimanche 14 décembre 2003
par Denis Boudreau

Mime type ou media type pour XHTML ?

Permettez-moi de vous faire part ce soir d'une petite interrogation que je traîne depuis quelques semaines déjà, et à laquelle je ne suis pas encore parvenu à trouver une réponse satisfaisante. En "désespoir de cause", et au risque de passer pour un parfait ignorant, je me tourne vers vous, dans l'espoir que vous saurez réussir à éclaircir pour moi cette confusion. Rassurez-vous, ce n'est rien de dramatique, mais ça me fatigue suffisamment pour le partager avec vous.

Depuis longtemps déjà, nous utilisons l'expression type mime pour parler du text/html et du application/xhtml+xml. Jusqu'à tout récemment, je croyais que c'était le bon terme à employer. Du moins, c'est celui sur lequel nous semblions tous nous entendre... Seulement voilà, depuis quelques temps, je rencontre de plus en plus l'utilisation du media type au lieu du mime type pour les décrire... J'étais sous l'illusion que media type servait pour les différents types de médias servis par CSS, mais je me rend compte qu'il serait également le terme à employer pour décrire autre chose... en l'occurence, la bonne façon de servir ce XHTML dont nous aimons tant discuter.

C'est une présentation sur les normes faite par Nigel Peck (que j'avais téléchargé à l'époque et dont j'ignore l'URL) plus tôt cette année qui m'avait mis la puce à l'oreille. Dans cette présentation, il décrit les quatre machins suivants comme des media types et non des mime types :

  • text/html
  • application/xhtml+xml
  • application/xml
  • text/xml

Comme il était le seul dans mon entourage à parler de media types, je me suis simplement dit qu'il avait fait une simple erreur terminologique. Seulement voilà, suite au commentaire laissé plus tôt aujourd'hui par Nicolas Krebs au billet sur MSIE et la vie sexuelle, force m'est de reconnaître que le W3C lui-même endosse cette terminologie.

Alors, qu'en est-il vraiment ? Quelqu'un a une réponse officielle pour que je puisse dormir en paix ce soir ? Est-ce qu'on est tous dans le champs lorsqu'on parle de mime type ? ;)

Denis Boudreau | 2003.12.14 @ 23:29 | 3 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 12 décembre 2003
par Denis Boudreau

Dernière rencontre en 2003 pour W3Québec

Voilà, une première année d'existence pour W3Québec arrive à terme, et quelle fin d'année ce fut ! Après un timide et lent départ avec nos rencontres initiales en février, avec des rencontres mensuelles trop espacées et une profonde quête d'identité par rapport à la raison d'être du collectif, après des périodes d'incertitudes, des volontés énormes, des moyens limités et des remises en question fréquentes, nous avons terminé l'année en lions avec une journée de conférence devant les webmestres du gouvernement du Québec et une conférence de presse sur l'accessibilité des sites web québécois. Une belle manière de célébrer une première année, au rythme des standards Web et de l'accessibilité. Y a t-il de quoi être fier ? Assurément.

Comme depuis ses premières heures, le collectif W3Qc est en pleine mutation. Des tangeantes principales se dessinent, des orientations idéologiques s'inscrivent, nos volontés s'affinent et une collaboration s'installe. Le groupe prend forme, se définit, s'organise. Ce serait donc le temps idéal pour y adhérer, et apporter votre chaudière d'eau fraîche au moulin. Ça vous tente ? N'hésitez pas à vous joindre à nous lundi soir prochain, 19 heures, à la cinérobothèque de Montréal, située au 1564, rue Saint-Denis (angle de Maisonneuve).

Denis Boudreau | 2003.12.12 @ 21:50 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 11 décembre 2003
par Denis Boudreau

MSIE nuit à votre vie sexuelle

Oui, vous avez bien lu ! Mettons-nous en contexte, si vous le voulez bien.

Servir son XHTML avec le bon type mime... tout un débat, auquel on revient toujours. Et pour cause ! Pour une fois que l'ami Karl se permet de prendre position par rapport aux navigateurs Web, je ne vais pas rater l'occasion de tapper à nouveau sur le clou de Microsoft Internet Explorer et vous encourager, à nouveau, à essayer une alternative.

Je ne peux malheureusement pas vous garantir qu'un tel passage à un navigateur de meilleure qualité vous rendra plus séduisant auprès de l'être convoité, mais je peux tout de même vous garantir qu'il vous rendra bien plus heureux dans votre utilisation du Web, plus riche dans les possibilités qui vous seront offertes pour adapter le médium à vos besoins. Au final, cela vous rendra certainement plus sereins, ce qui vous amènera peut-être en fin de compte à dégager des ondes plus positives, qui elles, vous rendront plus attrayants pour l'être convoité. Serait-ce si facile d'établir un paralèlle entre ésseulement et navigateurs Web ? Qu'importe ! La situation se prête bien à un tel syllogisme. :)

Karl, idéaliste et utopiste, se voit donc tenté à son tour de véritablement servir son XHTML comme il se devrait de le faire selon la norme établie, c'est-à-dire comme un type mime application/xhtml+xml et non plus comme du simple text/html. Il s'interroge surtout sur la possibilité de perdre des utilisateurs suite au déréglage potentiel de l'affichage sous un navigateur honteusement incapable de bien servir les technologies récentes.

Je le reconnais, la question mérite d'être posée et si un compromis tout à fait viable existe déjà, il n'en demeure pas moins qu'aux fondements de cette problématique repose le fait que la très grande majorité des utilisateurs du Web se servent de MSIE, un navigateur correct certes, mais terriblement vieillissant et incapable de proprement interpréter le XHTML... une sorte de virus rampant qui se propage comme la peste, une forme évoluée de Netscape 4.x, quoi !

Mais, au risque de me tromper, je crois bien comprendre le dilemme de Karl. Ne voulant pas faire de compromis (comme je le fais en ce domaine pour accomoder 35% d'entre vous), il semble nous annoncer que s'il décide de servir ses pages en application/xhtml+xml, il le fera pour TOUS ses visiteurs, et pas seulement ceux qui sont parfaitement en mesure de le supporter comme il se devrait. Une réflexion intéressante et un pas que je ne serais pas encore préparé à faire. Qui osera le faire le premier ? Un tel acte "d'auto-sabotage" porterait-il ses fuits et inciterait-il les visiteurs à amorcer un passage vers une meilleure expérience du Web et, incidemment, une vie sexuelle plus satisfaisante ?

Les navigateurs alternatifs, le viagra de la navigation Web (spam en moins) !

Denis Boudreau | 2003.12.11 @ 11:27 | 18 commentaires | 1 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 10 décembre 2003
par Denis Boudreau

Le WaSP Interview Todd Dominey

Disons-nous les vraies affaires. Le passage d'un site important (comprendre, d'envergure internationale et visité fidèlement par des millions d'utilisateurs chaque mois) aux standards Web est rarement un travail facile ou de tout repos. Ce n'est pas que la conception d'un tel site soit particulièrement irréalisable ou autrement compliquée, c'est simplement que les sources sont si souvent basées sur n'importe quoi que la côte à remonter pour réaliser un travail parfait peut devenir gargantuesque. D'où la nécessité de bien s'entourer et de se munir des meilleurs partenaires pour maximiser les résultats.

Cela me fait penser à la réponse que je donnais à un membre de l'auditoire du dernier webÉducation il y a deux semaines qui me demandait ce que le gouvernement devait faire pour inciter ses fournisseurs à leur remettre des outils de gestion de contenu conformes pour leurs sites... Ma réponse, très franche et honnête, allait à peu près comme suit : s'ils ne sont pas en mesure de vous offrir un produit qui réponde pleinement à vos besoins, faîtes-leur comprendre qu'il y a d'autres fournisseurs qui seraient heureux de vous les fournir à leur place.

C'est certain, il y a forcément une foule d'impondérables ou de situations imprévisibles qui promettent de tout faire en leur pouvoir pour vous en faire baver. Il y a également une énorme adaptation qui doit être faite si on parle de conversion ou de refonte, mais dans l'ensemble, l'expérience et les gains obtenus en valent largement l'effort. Les pionniers de l'industrie que sont les sites comme ESPN.com ou encore Wired.com sont là pour nous le rappeler.

Pire encore, cela s'avère tout aussi rarement une expérience complètement satisfaisante lorsque l'équipe qui travaille sur un projet de cette ampleur doit justement composer avec des fournisseurs externes qui eux, ne partagent pas du tout votre intérêt pour un code assaini, épuré et tout proprement optimisé. C'est justement cette expérience parfaitement imparfaite que nous raconte Todd Dominey, dans une entrevue qu'il accordait au WaSP la semaine dernière à propos du passage du site PGA.com aux standards Web.

Une preuve qui en vaut bien une autre qu'on peut réussir contre toute attente à passer un important site aux standards, même si l'expérience n'est pas 100% valide ou irréprochable.

Denis Boudreau | 2003.12.10 @ 20:31 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Bleizig

mardi 09 décembre 2003
par Bleizig

Encore un qui a tout compris

Je pensais ne plus pouvoir être surpris en matière de refus de l'ouverture vers les standards mais ce matin, le record vient de tomber, une nouvelle limite a été atteinte. Si vous visitez ce site avec un navigateur conforme aux standards, vous tomberez sur un message d'alerte Javascript contenant le disclaimer suivant:

Due to the overwhelming ratio of Internet Explorer users to Netscape users, we at teamareola.com no longer think it necessary to program for both browsers. Until my staff grows, or, Netscape gains in popularity, we will not support Netscape. Please use IE to view this website. We apologize of any inconvenience. Thank you, webmaster@teamareola.com.

Si seulement il savait qu'il suffisait de coder correctement pour obtenir un rendu raisonnable dans la majorité des navigateurs ...

Bleizig | 2003.12.09 @ 13:31 | 23 commentaires | 1 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 09 décembre 2003
par Denis Boudreau

Inspection des travaux finis

FastClemmy a eu une idée géniale et nous propose depuis quelques jours une liste de liens susceptibles d'aider tous développeurs Web repentants à assainir le code présent dans leurs pages. Si certains d'entre nous les connaissions probablement déjà tous individuellement, je crois, à risque de me tromper, que c'est la première fois qu'autant de liens de cette qualité sont réunis sous une même page. L'initiative fait bien plaisir et deviendra en ce qui me concerne une référence future que je n'hésiterai pas à partager. Je vous invite fortement à aller laisser une trace dans ses commentaires pour en ajouter d'autres, si vous en connaissez qui auraient malencontreusement été oubliés.

Denis Boudreau | 2003.12.09 @ 07:50 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 08 décembre 2003
par Denis Boudreau

Un tremplin pour l'accessibilité

Ma chère, que dis-je, mon adorée tante Catherine, à laquelle je faisais effrontément référence comme étant je-ne-sais-plus-qui dans mon précédent billet semble me pardonner mon manque de civisme et me pointe ce soir vers un article intéressant du Journal du Net intitulé : "Cinq conseils pour un site Web plus accessible". Excellent, moi qui suis toujours en quête d'un bon point de départ pour enseigner les principes de base de l'accessibilité universelle des contenus Web à mon prochain, me voilà appréciablement servi.

Non, mais c'est vrai quand on pense... existe t-il vraiment un bon guide d'introduction à l'accessibilité sur le Web, qui ne soit pas aussi volumineux que l'excellent bouquin de Joe Clark, aride que les documents du WAI ou encore, orienté gestionnaire de contenus comme l'autrement fantastique DiveIntoAccessibility ? Si oui, empressez-vous de me le faire connaître parce que pour le momnent, je ne vois d'autre solution que d'en rédiger un...

Entre-temps, voici comment, en cinq points, Xavier résume l'initiation à l'accessibilité :

  • Une feuille de style par média ;
  • Faire usage des "access keys" ;
  • Indiquer la signification des acronymes ;
  • Indexer le champ des formulaires ;
  • Prendre soin de ses liens.

C'est bien sûr incomplet comme liste, les grands principes de l'accessibilité ne pouvant pas être résumés à cinq misérables petits points. Néanmoins, ceux-ci m'apparaîssent tout de même très pertinents pour un court article sans aucune prétention d'autorité en la matière. Il y a quand même matière à réflexion là-dedans. Une bonne introduction, sur laquelle on pourrait construire. :)

Denis Boudreau | 2003.12.08 @ 18:52 | 4 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 08 décembre 2003
par Denis Boudreau

On ne peut empêcher un coeur d'aimer

Ou l'y contraindre quand on y pense. De même, si on ne peut empêcher un développeur Web de démarrer son logiciel Flash pour le moindre projet à pousser sur le Web, on peut tout de même tenter de l'inciter à progresser dans la bonne direction en utilisant les outils les plus récents mis à sa disposition, de manière à limiter les dégats en terme d'accessibilité des contenus... Je le reconnais, avec la récente version de Flash, le problème d'inaccessibilité n'est, en théorie, plus ce qu'il était. Ceux qui ont appris à utiliser l'outil de manière inclusive s'entendent avec raison pour dire que le format est de moins en moins considéré comme une barrière pour les utilisateurs. Mais la solution est encore parfaitement imparfaite.

Enfin, je prends cette migration vers la plus récente mouture du logiciel comme un véritable acte de Foi envers Macromedia puisque tous les efforts semblent être faits pour assurer une amélioration significative à cet égard. On n'a qu'à jetter un oeil à la section dédiée à l'accessibilité pour voir que cet important dossier n'a pas été mis de côté avec Flash MX 2004. Voilà, à mon sens, une raison suffisante d'encourager l'adoption du modèle par ses légions d'utilisateurs.

Mais vraisemblablement, pour l'utilisateur voyant et équippé du module d'extension que je suis, le passage à cette nouvelle version garantira également pas mal de bénéfices, ne serait-ce que par l'arrivée d'ActionScript 2.0 et de toutes les nouvelles possibilités que le langage permettra en terme d'interactivité. Je vous invite bien humblement à lire tout ça afin de progresser technologiquement avec le logiciel et continuer d'offrir des objets d'accompagnement et de renforcement de l'image de marque sensationnels.

C'est d'ailleurs là tout le malheur que je nous souhaite mes bons amis : un Web exempt de sites faits tout en Flash, mais utilisant néanmoins de manière intelligente la technologie pour pousser des expériences de représentation à leur paroxysme, sans pour autant stigmatiser une fraction significative des internautes dans le processus (15.2% des gens, selon l'étude récente d'accessibilité des sites Web québécois).

Denis Boudreau | 2003.12.08 @ 07:26 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 05 décembre 2003
par Denis Boudreau

Obtenir du succès en commerce électronique ?

Découvert il y a quelques jours au hasard d'un courriel provenant de je-ne-sais-plus-qui :

Les entreprises qui misent sur la personnalisation de leur site Web pour en augmenter la fréquentation ou pour hausser leurs ventes en ligne sont susceptibles de se confronter à une réalité fort décevante. En effet, une récente étude de Jupiter Research révèle que les cybercommerçants ont davantage intérêt à concentrer leurs efforts sur des améliorations dites de base à leur site Internet plutôt que sur la personnalisation.

Pour une fois, que c'est pas moi qui le dit, mais bien une équipe de chercheurs sérieux qui s'est penchée sur la question à coup de gros sous, est-ce qu'on va me croire ? Quelqu'un parvient-il à lire les mots "standardisation des méthodes de conception Web" quelque part dans cet éloquent portrait ? ;)

Selon l'enquête de Jupiter Research, un très faible pourcentage de consommateurs préfèrent acheter (14 %) ou s'informer (8%) à partir de sites qui offrent des suggestions personnalisées. Par contre, des qualités de base comme la rapidité d'accès aux pages Web et la facilité de navigation apparaissent comme des incitatifs majeurs à la fréquentation régulière (respectivement 54 % et 52 %) ou à l'achat en ligne (respectivement 37 % et 48 %).

Dîtes, justement, ce serait pas le genre d'avantages découlants naturellement du respect des normes du W3C ça, la rapidité de téléchargement et la structuration logique et efficace de l'information dans une interface ?

Denis Boudreau | 2003.12.05 @ 11:52 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 04 décembre 2003
par Denis Boudreau

OpenWeb : Vers la maturité du Web

Grâce à la magie des fuseaux horaires, il m'est ce soir permi de vous offrir en primeur un lien vers un nouvel article d'OpenWeb qui n'y sera que publié que demain. Bon, c'est que l'article d'Alain Oguse est déjà en ligne depuis quelques minutes, mais le fait de le voir ainsi étiquetté au 5 décembre me fait un peu sourire.

Plus sérieusement, si vous vous sentez l'âme d'un historien du Web ces jours-ci, je vous recommande fortement la lecture de son article, qui met justement en lumière l'évolution de Web, du W3C et de ces standards qui nous sont si chers. Une lecture très intéressante, en attendant que je trouve le temps de rédiger une version texte de ma présentation sur l'évolution des navigateurs Web, qui abordera également la question dans un contexte socio-politico-économique bien précis, soit celui d'un changement de paradigme majeur causé par la mort cette année des navigateurs les plus populaires.

Denis Boudreau | 2003.12.04 @ 17:57 | 2 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 03 décembre 2003
par Denis Boudreau

Petite introduction à SMIL

On entend de plus en plus parler du SMIL, cette technologie normalisée et mise de l'avant par le W3C pour permettre de véritablement synchroniser les différents médias (texte, image, vidéo, son, etc.) au travers d'un même document Web. On entend généralement parler du SMIL en relation avec SVG, une autre norme issue du W3C, dans une formule qui, à terme, se voudrait une version totalement libre et ouverte destinée à compétitionner la technologie Flash de Macromedia.

Mais concrètement, qu'en est-il de SMIL ? À quoi ça peut bien ressembler au niveau du code ? Xavier Borderie, pour le compte du Journal du Net, nous en fait une petite démonstration pour créer une version toute propre d'un gif animé. Si on se fie, à l'exemple donné, tout cela apparaît comme étant assez simple...et mériterait d'être creusé plus en profondeur.

Denis Boudreau | 2003.12.03 @ 22:56 | 1 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 03 décembre 2003
par Denis Boudreau

Deux nouveaux adeptes du RSS

Oui Anubis, tu as parfaitement raison, il était temps ! Voilà des mois que personnellement, j'attendais après cela pour ne rien manquer de vos publications. Si vous me demandez mon opinion (bon je sais, vous me l'avez pas demandé, mais je m'impose quand même), c'est certain que j'aurais grandement préféré obtenir un petit résumé en avant-goût avant de me rendre directement chez vous. Pas toute la sauce bien sûr, mais au moins ce petit avant-goût qui m'aurait permit de me faire une tête sur ce qui m'attendais.

Enfin, c'est déjà ça de pris. Je demeure quand même un client satisfait, ce qui ne m'empêche nullement de noter à mon agenda de vous embêter sans relâche jusqu'à ce que vous les modifiez en conséquence. Et hop !, dans ma liste sans plus attendre. ;)

Oh, et pour le reste d'entre vous qui ignorez complètement de quoi je parle, c'est simplement que nos bons amis Anubis et Darken ont finalement entendu raison hier et se sont convertis à la joie d'offrir la syndication de leurs contenus par XML. Du coup, vous pouvez passer leurs fils RSS dans votre aggrégateur préféré vous aussi. Bon, maintenant les mecs, la question qui tue : à quand les fonctionnalités de commentaires ? Comment ? Je pousse le bouchon un peu trop loin ? Non mais, avouez que ce serait bien ! ;)

Denis Boudreau | 2003.12.03 @ 17:46 | 25 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 03 décembre 2003
par Denis Boudreau

Échange de services et propositions décentes

Et si, comme ça, sans crier gare, je vous proposais un échange de connaissances, sur une base régulière ? Je vous parlerais de CSS, de XHTML, d'accessibilité et de normes du Web et vous me parleriez de XML, de XSL et de transformations ? Considérons cela comme une forme de troc intellectuel... On pourrait se faire des petites séances de rencontre de deux ou trois heures alternativement (disons, une à la semaine), et tout le monde serait content. Rien de formel, juste un échange constructif. Alors, ça vous dit ? Évidemment, demeurer dans la région de Montréal est quand même un autre prérequis appréciable. Paris, c'est bien tentant, mais aux heures de pointe, ça risque de faire un peu long à voyager.

Denis Boudreau | 2003.12.03 @ 08:44 | 18 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 02 décembre 2003
par Denis Boudreau

Conférence de presse sur l'accessibilité, live

C'est ce matin qu'avait lieu la conférence de presse lancée par la Fondation des Aveugles du Québec, suite à l'analyse de quelques 200 sites Web québécois et canadiens d'intérêts publics et parapublics. Cette conférence signifiait également pour moi le fil d'arrivée d'un essouflant marathon de plus de trois semaines, alors que j'avais accepté de remplacer à pied levé quelqu'un qui s'était désisté à la conférence de webÉducation, pour ensuite accepter de faire une allocution à cette conférence de presse ce matin.

Que vous dire de plus, sinon que ce fut une autre expérience extraordinaire et enrichissante, ainsi qu'une opportunité en or de faire valoir le combat de w3Québec pour la normalisation des méthodes de conception Web dans l'industrie québécoise du multimédia. Tout s'est déroulé comme prévu, j'ai pu passer quelques messages importants, reformuler une fois de plus mon appel à l'excellence, comme j'aime bien le qualifier. Aucune surprise notable au programme :

  • Aucun média ne s'est présenté sur les lieux (beaucoup plus intéressant de couvrir les saccages dans les bureaux du Président de l'Assemblée Nationale, Michel Bissonnet) ;
  • Certains médias ont manifesté l'intérêt d'avoir accès à la pochette de presse pour couvrir l'événement en différé ce qui me rassure amplement sur la nature humaine (notamment Bruno Guglielminetti) ;
  • la majorité des sites sondés ont obtenus une note lamentable, ce qui en lit long sur l'état du Web accessible au Québec (84% des sites ont, au mieux, une note faible).
  • Tout ça est bien positif, puisque l'on note une très grande place pour l'amélioration ! Reste à voir si ces sites auront procédé à quelques améliorations lors de la reprise de l'étude l'année prochaine.

Au programme de la conférence de presse donc, la révélation des résultats de l'étude bien sûr, mais aussi une démonstration de navigation sur le Web par assistance vocale. En tant que Fondateur du collectif W3Qc (un partenaire officiel de l'étude), j'étais invité à y représenter l'équipe et livrer un petit discours sur l'intérêt des normes et la promesse livrée par celles-ci de contribuer significativement à l'accessibilisation des contenus sur le Web.

Pour ce faire (et dans un but de convergence des efforts), je me suis inspiré de ma seconde présentation de jeudi dernier, portant justement sur les avantages des normes du W3C dans la conception de sites Web se voulant modernes. Dans cette période de compression temporelle, je ne saurais insister sufisamment sur l'intérêt de la récupération !

Communiqué de presse W3Québec

Pour ceux d'entre vous que la chose intéressera, voici également le communiqué de presse que j'ai remis ce matin à la Fondation au nom de W3Québec pour la pochette de presse.

Bon, maintenant que tout ça est terminé, je jette mon dévolu sur quel projet ? Ah !, si, la traduction de la présentation de Seybold, que je dirigerai avec l'aide précieuse d'Adrien Leygues. Ça a attendu assez longtemps ce truc, maintenant, il faut livrer la marchandise ! ;)

Denis Boudreau | 2003.12.02 @ 16:30 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 01 décembre 2003
par Denis Boudreau

Venu, le temps de la maturité du Web

Voilà des mois que j'entends parler de cette sacré histoire de poney. Comme plusieurs autres trucs, celui-là m'avait un peu laissé indifférent (il faut bien filtrer tout ce qui nous atteint sinon on s'en sort plus), mais pas assez pour ne pas m'en faire une note mentale... Clarence le Poney, faudrait bien que je fouille cette histoire un jour.

J'en avais tout d'abord entendu parlé par Tristan Nitot dans une discussion anodine sur la liste de discussion d'OpenWeb, puis tout récemment, par Samuel Latchman, rédacteur en chef de Pompage, qui proposait de faire de l'histoire du sympathique Clarence notre article vedette du mois de décembre. Quel vent de fraîcheur mes amis, simplement dans l'éditorial signé par Tristan. Quelle joie de lire une pièce comme celle-là, si merveilleusement bien imagée et si prenante de lucidité !

C'est presque inmanquable. À toutes les fois que l'on parle de transitions pour le designer Web vers de nouvelles pratiques plus en ligne avec les réalités de notre temps, de l'incontournable nécéssité d'abandonner ses vieilles habitudes pour finalement embrasser à pleine bouche une nouvelle méthodologie de conception basée sur les normes du W3C comme XHTML et CSS, nous nous heurtons à un furieux mur d'opposition. Pourtant, quand on y pense bien, ce sont ces mêmes réfractaires à l'idée d'évolution qui malheureusement, mettent en péril leur capacité à jouir d'un avenir dans le domaine. Comme ce poney qui ne pouvait tourner qu'en rond, les designers d'hier refusent obstinément de changer leurs habitudes. Quel poney vous dites ? Ah !, c'est que n'avez pas encore lu l'article...

L'édition de décembre de Pompage fait ce mois-ci appel à votre côté bon enfant pour vous passer un très important message. Tout ce que je peux vous conseiller, c'est de prendre quelques instants pour aller le lire et y réfléchir ce soir, au moment d'aller au lit. Parce que l'important, ce n'est pas tant de tourner à gauche pendant cinq longues années sans se poser de questions. L'important, c'est de réaliser à un moment donné que lorsqu'on on tourne un peu la tête vers la droite, il existe aussi autre chose, et que cet autre chose est peut-être meilleur pour vous.

Denis Boudreau | 2003.12.01 @ 17:10 | 2 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page