<C²: webløg />

Courriel - email address

archives de juin 2004

Avatar Bleizig

mardi 22 juin 2004
par Bleizig

Gmail - courriel selon Google

Gmail - service courriel de GoogleVous avez peut-être entendu parler dernièrement du tout nouveau service mail proposé par Google : Gmail. En effet, bien que la compagnie derrière le premier moteur de recherche de la toile n'en fasse aucune publicité, le bouche à oreille numérique a très bien marché et en a fait un des sujets de controverse très à la mode.

Le Gmail, en deux mots, c'est un compte email gratuit pour lequel vous disposez d'1Go d'espace. En contre-partie, Google "lit" électroniquement vos courriels et utilise cette information pour vous proposer des publicités ciblées. Depuis quelques temps, je suis souvent tombé sur des articles ou carnets qui dressent un portrait de ce service plutôt négatif : "Un giga, ça n'a rien de bien révolutionnaire, le prix du stockage de données est de moins en moins cher", "de la pub ciblée ? Moi, jamais !", "Bof ! C'est juste un webmail de plus sur le marché" etc. Je me suis aussi rendu compte le plus souvent que les auteurs de ces articles ne possédaient pas leur propre compte Gmail donc je n'ai pas voulu accorder trop d'importance à leur argumentaire.

Et puis voilà, un beau jour, une invitation pour ouvrir mon propre compte arrive dans ma boîte. Bien sûr, je n'hésite pas une seconde, je vais enfin pouvoir avoir ma propre opinion du service. Avant de continuer, je tiens à préciser que je ne suis pas et n'ai jamais été utilisateur de service webmail : j'ai mon Thunderbird à la maison et je n'ai jamais eu à m'en plaindre. Je crée donc mon compte et première agréable surprise, Gmail me laisse définir l'adresse de retour à utiliser pour les courriers sortants : je peux ainsi continuer à utiliser mon adresse courante sans qu'aucun de mes contacts ne soit affecté. Je décide donc de rediriger tout mon trafic email vers Gmail et d'en faire, temporairement, mon seul outil de gestion de courriels. Après un peu plus d'une semaine d'utilisation, voici ce que j'ai à en dire : commençons tout d'abord par les avantages.

  • 1Go d'espace : ce n'est peut-être pas une révolution mais c'est très certainement une sérieuse évolution. De plus, beaucoup d'autres services ont augmenté leur espace de stockage en réponse à Gmail : ils ont donc le mérite d'avoir bousculé les standards du webmail. Ca veut dire en gros que vous n'aurez jamais à supprimer vos courriels : d'ici que vous arriviez à 1Go, ils seront sûrement passé à 10Go !
  • La pub ? Pour l'instant je ne l'ai pratiquement jamais vue et elle était du même format que les 'google ads', discrète dans un coin de l'écran. De plus, de la pub bien ciblée, pourquoi pas ? Pour vous faire une idée de l'intégration de la publicité dans le service, Google vous offre une preview.
  • Les conversations : là, nous entrons dans le vif du sujet. Vous avez sûrement dans votre boite une quantité d'emails les uns en réponse en autres (si non, inscrivez vous à la liste de diffusion des Pompeurs, vous comprendrez de quoi je parle) : si par exemple, un utilisateur envoie une question du genre "[pompeurs-css] pourquoi ça marche pas ?", dans les journées qui vont suivre vous allez recevoir une multitude de "Re:[pompeurs-css] pourquoi ça marche pas ? Parce que !". Gmail regroupe tous ces emails en une seule conversation. Au final, vous avez une seule entrée dans votre boite aux lettres pour la conversation, l'ouvrir vous permettra de visualiser tous les courriers la constituant, par ordre chronologique y compris les vôtres. Croyez-moi, c'est très pratique et très convivial. Bien que j'ai appris par la suite que le regroupement de tous les emails en conversations n'avait rien de nouveau, Gmail est le premier service que je vois offrir cette fonctionnalité.
  • La possibilité de définir l'adresse de réponse : un point vital pour moi qui tiens à conserver mon adresse courante.
  • Un service ultra rapide : un webmail, c'est toujours trop lent ! Gmail est quasiment aussi rapide que Thunderbird.
  • Raccourcis clavier : la composition de nouveaux messages, le transfert, la lecture, la navigation... tout peut se faire à l'aide du clavier.
  • Une recherche dans les courriels ultra rapide : forcément, venant du premier moteur de recherche, on ne pouvait pas s'attendre à autre chose.
  • Le filtre anti-spam ne se trompe pas souvent : environ 3% des courriels indésirables sont restés dans ma boîte aux lettres et aucun courriel personnel n'a été marqué comme spam.
  • Un avantage inhérent aux webmails : la possibilité d'y accéder de n'importe où.
  • Une quantité d'améliorations à venir : rappelons-le, gmail n'est qu'un service en phase beta qui est en constante évolution, beaucoup d'amélioration sont prévues comme par exemple, la traduction du service dans toutes les langues (et ils ont même le breton dans la liste ;-) ou encore l'import de votre carnet d'adresse.

Passons maintenant aux inconvénients du service :

  • Pas d'import / export des courriels : j'aurais bien aimé pouvoir importer tous les courriels que j'ai sous Thunderbird. J'aimerais bien aussi savoir que je peux exporter tous mes courriels dans le cas où je deviendrais complètement insatisfait du service.
  • Pas de possibilité de créer de sous-répertoires, mais ils ont une notion de labels qui est censé les remplacer (mais ça demande à être amélioré).
  • Le code est loin d'être standard et utilise excessivement javascript : par contre, ils sont conscients des problèmes d'accessibilité et y travaillent.

Voila, j'en suis toujours à tester le service mais jour après jour je sens que ça va être de plus en plus impossible de revenir à Thunderbird. J'espère vous avoir dressé un portrait aussi objectif que possible. Si vous êtes aussi un utilisateur de Gmail, n'hésitez pas à affirmer ou contre-balancer mes arguments afin que les lecteurs puissent avoir une vue la plus neutre possible sur le service.

Si vous ne l'êtes pas mais rêvez de le devenir, faîtes-le moi savoir via un commentaire sur ce carnet, j'ai quelques invitations (et Denis aussi).

Bleizig | 2004.06.22 @ 00:04 | 152 commentaires | 2 trackbacksretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 11 juin 2004
par Denis Boudreau

Ressourcement

Vacances

Beaucoup de boulot, peu ou pas de temps pour prendre du recul, une pile de trucs à lire qui ne fait qu'augmenter sans pour autant être lue et une pression de plus en plus forte à enfin me remettre à produire du contenu intéressant pour C².

Insatisfaction générale avec mon code et mon design, incapacité à m'y plonger pour redresser le tout. Envie de tout reprendre à zéro, de sortir une nouvelle version améliorée, réinventée... Résultat, inconfort et insatisfaction, besoin de faire le vide, vraiment. Quelques jours de congé, loin de tout ça ? Je pense que oui. Remises en question comme certains ? Peut-être, mais pas aussi radicalement. Dans une toute autre optique du moins. Honnêtement, je n'ose pas encore y penser. Juste besoin d'un peu de vacances et de temps pour recharger mes piles.

Denis Boudreau | 2004.06.11 @ 23:00 | 13 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 10 juin 2004
par Denis Boudreau

Après le Spam, le Spim ?

Alors que la guerre au pourriel s'intensifie et que les gouvernements de par le monde tentent de réagir à ce fléau en introduisant de nouvelles lois plus sévères afin de contrer le pollupostage, les polluposteurs envisagent de recourir de plus en plus à la messagerie personnelle pour livrer leurs messages publicitaires non désirés. Bienvenue à cette nouvelle calamité qui ne tardera pas à exaspérer les internautes, le SPIM (Spam over Instant Messaging).

Super. À quand le filtre anti-spim intégré à ICQ et MSN ? Voilà un autre acronyme duquel nous nous serions bien passé. Via Bénéfice.net.

Denis Boudreau | 2004.06.10 @ 14:47 | 13 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 08 juin 2004
par Denis Boudreau

Prédictions pour le Google Pagerank

Vous êtes un accro du Pagerank ? Vous ne tenez plus en place en attendant la prochaine ronde de Google ? Vous rêvez de voir votre classement exploser ? Consultez l'avenir de votre site Web avec le service "Google PageRank Prediction". Tout sauf quelque chose de sérieux, mais amusant quand même. Pour les maniaques du référencement (et pour ceux qui tranquillement, le deviennent).

Allez hop, c'est pas tout ça. Assez joué, j'ai du boulot.

Denis Boudreau | 2004.06.08 @ 21:48 | 2 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 07 juin 2004
par Denis Boudreau

Le rapport Gautrin se pointe le bout du nez

Voilà plusieurs semaines que l'on en parle et que son dépôt est reporté. Au risque d'en surprendre plus d'un, le fameux rapport commence à présenter le bout de son nez et sera divisé en quatre grands axes :

L'accès des citoyens aux informations que l'État détient sur eux et qui les concernent, la généralisation du recours aux technologies de l'information dans les principaux domaines d'activité de l'État, la démocratie en ligne et, bien sûr, la prestation électronique de services. Tels sont les quatre grands axes autour desquels s'articulera l'initiative de gouvernement en ligne du gouvernement québécois.

Ça commence à prendre forme, c'est bien. Mais la prise en compte des normes et de l'accessibilité dans les plans gouvernementaux des services en ligne pour l'ensemble des citoyens ? On y a pensé ?

D'expliquer Monsieur Gautrin, « le gouvernement en ligne n'est pas un projet à visée technologique. C'est un projet qui utilise le potentiel des nouvelles technologies de l'information afin d'améliorer la qualité de vie de nos concitoyens. La modification des rapports entre l'État et les citoyens, la recherche d'une meilleure efficacité dans les services de santé et d'éducation et le rehaussement du débat politique, voilà les objectifs qui forment le cœur même du projet. »

Avec une telle déclaration, tous les espoirs sont permis. L'avenir nous dira bien si les personnes avec limitations fonctionnelles seront mises ou non à l'écart de ce projet de société. Plus d'information sur Bénéfice.net, avec deux articles sur la question :

Denis Boudreau | 2004.06.07 @ 22:56 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Eric

dimanche 06 juin 2004
par Eric Daspet

Le Web c'est pour les stagiaires

Mon premier article ici a très bien marché avec un titre provocateur alors je réitère : La conception Web c'est pour les stagiaires, les secrétaires et les opérateurs de saisie. Je le confirme et je l'affirme haut et fort. Dans ce billet il y a un gros raz le bol, un peu de sermon et, je l'espère, une piste pour l'avenir.

Le raz le bol...

J'utilise une partie non négligeable de mon temps à promouvoir ce qui me semble être la bonne direction pour la conception Web : une démarche de qualité, pérenne et efficace. Cette promotion passe par des interventions pour expliquer mes choix, d'autres pour faire des explications techniques, et aussi quelques articles comme celui-ci. C'est peut être un brin présomptueux de ma part mais je le fais parce que je crois avec force que je contribue ainsi à améliorer la situation future.

Quand on cherche à modifier les habitudes des gens on s'oppose bien évidement souvent à des réticences. On me parle de difficultés d'apprentissage, de non-adéquation à la réalité du marché, de complexité de mise en oeuvre et même d'inutilité. C'est parfois signe d'une difficulté réelle, parfois signe d'une mauvaise compréhension ou mauvaise information. Peu importe à vrai dire, ça engendre un débat, un échange, et ça c'est toujours positif avec des gens qui ont une réelle envie d'évoluer ou d'étudier les propositions.

Par contre, j'entends trop souvent la même idiotie : « oui, je sais qu'il ne faut pas le faire mais c'est mon client qui le demande ».

...d'une certaine vision du métier...

Cette réaction est ce que j'appelle une réaction de stagiaire ou de secrétaire. Que les stagiaires et les secrétaires se rassurent, je dis ça sans aucune connotation péjorative. Le stagiaire est là pour apprendre et pour mettre en pratique. Par principe le stagiaire ne sait pas, il croit savoir. En tant qu'apprenant il aura à remettre en cause certaines de ses pratiques au profit de ce que demande la personne expérimentée devant lui.

Le secrétaire, lui, est là pour exécuter et saisir ce qu'on lui demande. Le secrétaire ne sait pas, il n'a pas à savoir. En tant qu'exécutant il n'a pas à commenter la pertinence d'un choix, son travail se porte sur la rédaction et le traitement. Il ne s'occupe que de ça.

Un concepteur Web qui se place dans le rôle d'un stagiaire ou d'un secrétaire doit effectivement se plier aux recommandations de son client. Son métier est alors de rédiger quelques lignes de code pour faire ce que souhaite le client, sans intervenir au niveau des choix eux-mêmes.

Si c'est comme ça que vous considérez la conception Web alors oui : ce Web est pour les stagiaires et les secrétaires. C'est d'ailleurs cohérent avec ce que font les grandes entreprises : c'est effectivement le stagiaire qui s'occupe de la conception Web.

...qui n'est pas la mienne

Personnellement je perçois mon métier autrement, je pense que ça ne vous étonnera pas. Le concepteur Web a un réel pôle d'expertise, son travail n'est pas uniquement de la mise en oeuvre. Son travail est de la réflexion, de la conceptualisation. Son travail consiste à utiliser ses connaissances pour répondre aux besoins de son client de la meilleure manière possible. Concevez-vous réellement votre métier comme un métier d'exécution ? ou êtes-vous aussi là pour répondre aux problèmes de votre client, pour le conseiller et lui trouver des solutions ?

Allons, si une entreprise fait appel à vous au lieu d'aller chercher un stagiaire c'est parce que justement vous êtes plus qu'un stagiaire. Les stagiaires en informatique ont actuellement tous des compétences en HTML et en scripts Web, même les secrétaires en ont. Vous avez par contre des compétences qu'il n'a pas, et pas uniquement des compétences techniques. Votre avantage sur le stagiaire repose en partie sur votre expérience de qu'il faut faire ou pas, votre vision sur ce qui est pérenne ou mauvais, etc. Vous savez comment produire du Web de qualité qui fera la différence.

Valorisez votre métier !

Si comme moi vous pensez que votre métier ne se résume pas au simple alignement de balises HTML, dîtes-le haut et fort. Dîtes-le et agissez en conséquence. Votre client vous demande quelque chose d'idiot ? Dites-le lui, simplement.

Comment croyez-vous que font les autres corps de métier ? Fournissez une image compressée avec les pieds à votre imprimeur en lui demandant de l'utiliser sur la première de couverture d'une plaquette, vous allez vite obtenir une fin de non-recevoir. Demandez à votre plombier de vous faire une canalisation en fer non-traité parce que ça coûte moins cher, il va refuser en vous expliquant que ça va rouiller en moins de deux.

Ce qui différencie ces gens de mes concepteurs Web stagiaires c'est qu'ils ont conscience de leurs connaissances et de leur pôle d'expertise. Ils se placent en tant que responsables de leur domaine et refuseront ce qu'ils savent être une mauvaise solution. Et vous, avez-vous une si mauvaise opinion de vos compétences pour ne pas les utiliser ? Si on vous demande quelque chose d'idiot refusez-le et proposez de meilleures solutions en les justifiant : c'est votre rôle.

Histoire d'enfoncer des portes ouvertes : vous n'êtes pas là pour faire ce que demande le client, vous êtes là pour résoudre son besoin réel. Entre les deux il peut y avoir un bon écart et c'est à vous de le repérer, d'en discuter avec votre client pour recadrer ce qu'il demande.

Le besoin du client est-il réellement d'avoir un menu en Flash ? Peut-être est-ce simplement d'avoir un menu attirant qui a une interaction avec le visiteur. Refusez donc ! Discutez avec lui de son besoin réel, expliquez-lui pourquoi vous pensez avoir une meilleure solution : une solution de qualité qu'il ne regrettera pas dans le futur et qui vous évitera la phrase maudite du « c'est idiot mais c'est le client qui demande ».

...vous n'en aurez que plus de clients

Oh, je ne vous dis pas de renvoyer vos clients, mais simplement de commencer à refuser en vous expliquant. Si le client insiste et ne veut rien entendre d'autre, il sera toujours temps de vous poser en exécutant. Maintenant mettons-nous quelques instants à la place du client. Le Web est un domaine très concurrentiel et nous démarchons trois sociétés pour répondre à nos besoins.

La première dit « nous savons faire » et vous détaille ses compétences. La seconde dit « nous l'avons déjà fait » et vous montre des exemples de ce qu'elle a fait. La troisième, elle, dit « nous vous le déconseillons, on peut le faire mais c'est une mauvaise idée pour vous » et vous explique pourquoi en vous proposant d'autres solutions. Franchement, laquelle prendriez-vous ? En laquelle auriez-vous confiance ?

Voulez-vous d'un garagiste qui s'exécute sans rien dire lorsque vous lui demandez, par méconnaissance, de faire une manipulation qui mettra en danger votre moteur sur le long terme ? Pourquoi alors acceptez-vous de développer des solutions qui ne sont pas pérennes simplement « parce que c'est le client qui le demande » ?

L'informatique n'est pas différente des autres corps de métier, celui qui montrera la plus grande valeur obtiendra les marchés. Les clients préféreront toujours celui qui propose une bonne solution à ceux qui exécutent la mauvaise sans rien dire. Et si certains clients ne voyant pas leur intérêt choisissent le concurrent, vous pouvez être sûrs qu'ils reviendront vers vous au premier échec. Si par contre vous acceptez n'importe quoi, c'est avec vous qu'ils feront ce premier échec et c'est avec un autre qu'ils établiront une relation durable de qualité : prenez-le en compte.

Si la conception Web est votre métier, montrez que vous apportez plus qu'un stagiaire, ... sachez dire non.

Eric Daspet | 2004.06.06 @ 17:23 | 30 commentaires | 2 trackbacksretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 04 juin 2004
par Denis Boudreau

Parce que le ridicule ne tue point

Dîtes-moi que je rêve... non mais, ça ne s'arrêtera jamais.

Denis Boudreau | 2004.06.04 @ 10:35 | 5 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 03 juin 2004
par Denis Boudreau

Accessibilité des sites des partis officiels du Canada

C'est drôlement amusant de constater qu'il y a de plus en plus de gens qui prennent sur eux de faire des analyses de sites Web pour en tester le niveau d'accessibilité. En cette période d'élections prochaines au Canada, l'ami Joe Clark et son pote Craig Saila se sont donné comme mission d'analyser les sites Web de nos chers candidats et futurs élus potentiels... comme leurs promesses électorales, le moins que l'on puisse dire, c'est que les résultats ne volent pas haut... Pas de grandes surprises dans le ciel électoral cette année.

Denis Boudreau | 2004.06.03 @ 22:50 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 02 juin 2004
par Denis Boudreau

Mise en ligne du nouveau CAMO

Logo du CAMO - Comité d'Adaptation de la Main-d'Oeuvre pour personnes handicapéesAprès quelques jours d'attente nous ayant permis de tester la robustesse du produit, c'est avec un plaisir non-dissimulé (mais nerveux tout de même de m'exposer ainsi les flancs à vous) que je vous annonce la mise en ligne du nouveau site du CAMO. Je vous en avait brièvement parlé la semaine dernière, sans trop vous donner de détails. Je dois avouer que dans l'ensemble, mon équipe et moi-même en sommes énormément satisfaits, ce qui est déjà beaucoup, compte tenu de ma tendance naturelle à me tanner de l'interface des projets sur lesquels je travaille.

Vous savez ce que c'est ; à force de dormir, boire et manger un site Web, à tous les jours sans relâche, même les projets les plus stimulants finissent par devenir lassants. Dans un tel contexte, je vous épargne mon opinion sur C², dont le design date de plus d'un an.

Pour plusieurs raisons par contre, dans le cas du CAMO ce fut différent. Le fait que la refonte du site soit entièrement conforme XHTML 1.0 strict, avec mise en page complètement gérée par CSS-2 et rencontrant les exigences en matière d'accessibilité de priorité 1 et 2 (plus certains éléments de priorité 3) n'y est sans doute pas étranger. Doublement normal me direz-vous, lorsqu'on sait que ce site représente un important organisme Québécois pour l'intégration à l'emploi des personnes handicapées.

Nous n'avons pas encore eu l'occasion de tester sur une plateforme autre que Windows, donc je ne sais pas encore à quel point le design s'y préserve convenablement. Je sais toutefois que dans les vieilles versions d'Internet Explorer, c'est un petit désastre, grâce à la déficience du modèle de boîte du navigateur de Microsoft. Comme je suis généralement contre l'utilisation des hacks, je n'y ai pas recouru encore, mais tout porte à croire que j'aurai à le faire dans un avenir plus ou moins lointain.

Je suis présentement à la recherche d'une solution intermédiaire satisfaisante. Encore une fois, c'est un comble de constater que l'on peut produire quelque chose de 100% respectueux des normes et quand même se faire servir n'importe quoi par un logiciel préhistorique incapable de traiter correctement l'information. "It's 1997 all over again", comme dirait Zeldman.

Comme toujours, je vous invite à me dire ce qui cloche... Même si je n'ai pas forcément le goût de l'entendre. ;-)

Denis Boudreau | 2004.06.02 @ 22:12 | 20 commentaires | 1 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 01 juin 2004
par Denis Boudreau

Aller de l'avant avec les standards Web

Aller de l'avant avec les standards Web

Voilà c'est fait. Comme nous, vous aviez été plusieurs à apprécier le livre blanc de Maccaws, publié en avril dernier suite à plusieurs mois de recherche sur les meilleures manières de présenter les enjeux des standards du Web du point de vue d'une adoption de celles-ci dans un contexte commercial. La traduction est maintenant disponible, grâce à l'apport de certains membres de l'équipe de W3Québec (Chantal Ide, Normand Lamoureux, Robin Y. Millette, Yan Morin et votre humble serviteur).

C'est un document majeur pour la promotion des normes, maintenant pleinement exploitable par les francophones que nous sommes et qui ne demande qu'à être bonifié et relancé dans la communauté. Régalez-vous et, comme d'habitude, diffusez massivement. C'est dans l'intérêt du Web d'une part, mais également dans notre intérêt à tous. Bonne lecture. En plus de trouver le livre blanc comme tel, les néophytes pourront se frotter à une introduction en douceur et un glossaire accompagnateur, destinés à faciliter l'intégration des concepts mis de l'avant. Merci à tous ceux qui ont rendu cette traduction possible.

Denis Boudreau | 2004.06.01 @ 11:15 | 20 commentaires | 2 trackbacksretour au début de la page